PRÉAMBULE :
Salut l’ami ! Merci d’être là ! Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici !
Section full SPOILER, découvre mon avis complet juste ici :
Us – Avitique
Bonne lecture à toi !

 ANALYSE et INTERPRETATION de LA FIN de US 

Si il est compréhensible que la mère se batte comme une lionne pour protéger sa famille et ses enfants, cela s’explique surtout parce que c’est en réalité une reliée, qui a du se battre pour obtenir la « vie sur terre ». Son passé d’être sans âme et bestial refait surface par moment lorsqu’elle tue en laissant échapper des grognements…
Le film nous donne en réalité des indices sur la nature « double » d’Adélaïde dès le début. On peut premièrement imaginer qu’elle a oubliée sa nature originelle. Elle se pense humaine et a tout simplement peur.
Elle ne comprend pas ce que les reliés lui veule quand bien même elle soit en réalité l’une des leurs. C’est d’ailleurs pour cela que Kitty ne la tue pas lorsqu’elle la retient en otage dans la chambre, elle le sent.
En grandissant chez les Humains, elle a apprit à parler et à vivre comme tel, mais la 
vraie Adé (que l’on prend pour une reliée tout au long de l’histoire ou presque) n’a pas oublié de parler, elle a seulement du mal. Mais comme elle le prône, même si il elle et sa famille sont différents, ils veulent avoir le droit de vivre heureux aussi (Inégalités de logement*, racisme). C’est ainsi pour cela qu’elle est la seule à pouvoir communiquer contrairement à ses comparses qui râlent seulement.
Lors du dernier plan, le petit sourire étrange de la mère à son fils nous laisse songeur. Ce dernier est je pense un « humain réel » puisque l’on voit clairement son relié brûler. Mais la question subsiste : Adé a t-elle conscience de sa nature ?
Peu importe au final, PEELE veut ici nous montrer que parfois, même si on ne veut pas se l’avouer, même lorsque l’on pense être le gentil, nous sommes parfois le monstre…

Us critique analyse fin explication us avitique avec du recul blog cinéma film
Leurs tenues de prisonniers parlent d’elles-mêmes.

Enfin, la scène de ballet ou le montage alterne les plans de la chorégraphie entre la vie « du haut » et la vie « du bas » m’a d’ailleurs beaucoup rappeler la terrible séquence de Suspiria.
Autrement l’effet miroir est logiquement ultra présent tout au long de l’histoire avec la paire de ciseaux (deux lames identiques), les nombreux reflets dans la vitre de la table ou fenêtres, les jumelles du couple d’amis (cc Shinning), mais aussi dans l’énigmatique 11:11 qui voit s’opposer les deux mêmes nombres. Allociné t’expliques juste ici l’origine de ce détail complexe à saisir sans culture chrétienne pointue.

Le film s’inscrit donc dans une démarche de satire sociale du pays et ce dès son titre US, qui peut-être aussi compris comme United States. En prenant appui sur le mouvement de 1986 Hands Across America qui formait une chaîne humaine pour lutter contre la pauvreté et le mal-logement*, PEELE s’approprie une nouvelle réalité, plus sanglante évidemment, moins cruelle ?

Et toi as-tu des interprétations particulières/différentes de ces événements ?


Retrouve mon article complet juste ici.

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !