PRÉAMBULE :
Je remercie tout d’abord sincèrement le CINÉ JAUDE de CLERMONT-FERRAND pour l’invitation à ce film, qui me permet de te proposer cet article ! Retrouve le cinéma sur sa page Facebook pour suivre toute leur actualité. Quant à moi, je suis sur Instagram et Facebook juste ici ! Pour finir, cet avitique ne contient pas de spoiler zone. Bonne lecture à toi !

Réalisé par : Robert RODRIGUEZ (Sin City, Machete)
Sorti le : 13/02/19
Durée : 2H02

EN BREF :
Prévu initialement en milieu, puis fin d’année 2018, l’adaptation du manga sorti dans les années 90 se voit repoussée de plusieurs mois. L’année a finalement changée et mon attente numéro 9 de 2018 voit finalement sortir son avitique en décalé. Les perturbations ne sont pas pour autant inhabituelles dans la production d’Alita puisque s’il en est aujourd’hui le producteur James CAMERON avait initialement prévu de réalisé le film dès 2003. Mais avec son travail sur Avatar (2009), puis la production des 4 suites lancées en 2012 pour une sortie d’Avatar 2 fin 2020 (tout du moins à l’heure actuelle) le canadien n’a pas eu d’autres choix que de déléguer. Alors après tant de rebondissement et de patience, place au verdict…

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc

LE PITCH :
Au XXVIème siècle, 300 ans après que notre monde est connu L’effondrement, le docteur Ido retrouve dans une décharge la carcasse d’une cyborg en parfaite état. Chirurgien en cybernétique, Ido va ainsi lui redonner vie et découvrir l’amnésie de celle qu’il nommera Alita. Curieuse et dotée de capacités inexplicables, elle va tenter de découvrir ses origines au sein de la ville criminelle d’Iron City, implicitement gouvernée par une cité volante mystérieuse : Zalem.

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Un nouvel univers qui fait du bien…

Ce n’est plus un secret, lancer une nouvelle licence aux allures fantaisie/SF au cinéma est loin d’être sans risque. Ce n’est d’ailleurs pas La Tour Sombre (113 millions $ de recettes pour un budget de 60 = non rentable) et encore moins Mortal Engines ( 81 millions $ de recettes pour 110 de budget !). Ainsi, l’arrivée d’Alita : Battle Angel (outre ce sous-titre inutile), était d’ores et déjà pressenti comme un nouveau four…
En ayant vu les trois films cité que j’attendais particulièrement pour chacun d’entre eux, Alita est aisément le plus réussi. Pourtant avec un budget colossal de 170 millions $, la barre est encore plus haute à franchir et le challenge plus que relevé pour CAMERON et RODRIGUEZ.

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc
Futuriste et très détaillé, Iron CIty semble receler de subtilités à découvrir. La curiosité d’Alita va d’ailleurs lui jouer des tours…

Fusion de prise de vue réel et animation 3D, Alita est là pour nous en mettre plein la vue. Ainsi une découverte en IMAX est surement la meilleure expérience contrairement à la 3D, conventionnelle, qui ne m’a pas franchement convaincu. L’immersion est loin d’être complexe devant cet univers visuellement très esthétique et dont les codes futuristes intrigues sans paraître surfaits. 

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc
Si la 3D n’apporte pas grand chose, l’univers sombre et futuriste ne tarde pas à nous embarquer…

Les personnages sont tous globalement très charismatiques avec des tenues vraiment réussis à l’image de Zapan (Ed SKREIN) ou Chiren (Jennifer CONNELLY) mais c’est sans conteste le grand maestro Vector qui marque le plus avec la belle interprétation du talentueux Mahershala ALI (Green Book) oscarisé en 2017. Mais la plus importante est bien évidemment Rosa SALAZAR (Le Labyrinthe, Bird Box, Divergente…) qui campe Alita. L’actrice de 33 ans donne vie avec brio à cette jeune cyborg touchante et ultra puissante à la fois . 

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc
A l’image de Zapan, de nombreux personnages bénéficient d’un traitement visuel appliqué.

…Qui frôle les maladresses sans y tomber dedans

Pour le comparer avec un film qui faisait face au même difficulté, Mortal Engines nous proposait un monde adulte et violent entaché de romance et de petites touches pour teenagers terriblement dommageables. Du côté d’Alita : Battle Angel les scénaristes (ou producteurs ?) n’ont pas résisté à la tentation « d’adolescentiser » leur histoire, l’illustration parfaite étant Hugo. Bien que l’on ne connaisse que très peu de chose sur lui, ce qui est dommage, il représente le principal risque pour Alita de devenir rapidement niaise… Or ce n’est pas le cas puisque la cyborg reste en permanence maître de son destin et de ses choix. Au passage, ses capacités athlétiques sont magnifiquement filmés lors des séquences d’actions rendant la violence et la fluidité de ses mouvement impressionnantes. 

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc
Mahershala ALI sait tout faire visiblement…

Enfin, qui dit adaptation dit forcément impasses… Ainsi de nombreux éléments posent questions après générique et/ou semble expédier rapidement au cours de l’histoire. Remarquables, ils ne sont pas pour autant trop dérangeants et le film se suffit à lui-même. Néanmoins la probable suite (si succès il y a) nous laisse espérer quelques réponses à toutes ces questions. Mais là encore le pari est risqué de laisser autant d’éléments en suspend. A l’image d’une partie de motorball ou le quidditch de ce futur dystopique, qui change d’ailleurs un peu trop drastiquement entre la version amateur et professionnelle, on a envie d’en savoir plus…

 

AVEC DU RECUL…
Alita : Battle Angel se révèle à la hauteur des attentes qu’on pouvait lui prêter. Dynamique, très beau et riche, l’univers du manga bénéficie d’un traitement séduisant sur grand écran malgré le challenge relevé. RODRIGUEZ est à la hauteur du contenu et nous offre une aventure séduisante pour tout fan de SF et autres curieux avides de dépaysement. Evidemment, l’adaptation au cinéma est synonyme de choix et d’impasses sur certains événements. On regrettera ainsi qu’ils soient un peu trop visibles et légèrement dommageable au scénario. Dans tous les cas, les interrogations et la fin évidemment plus qu’orientée vers la suite nous invite à attendre quelques années pour en savoir plus sur cette fascinante Alita

Alita battle angel critique avitique avec du recul cinéma bloc

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !

Voici ce que mes notes signifient :

1/10 = Je n’ai pas regardé jusqu’à la fin, j’ai quitté la salle.
2/10 = Brûle moi cette pellicule.
3/10 = On devrait nous payer pour venir s’assoir dans la salle.
4/10 = Y’avait de l’idée ! Maiiiiiis non, oublie.
5/10 = La moyenne ! Un moment sympa rien de plus, next.
6/10 = Film passable.
7/10 = Bon film.
8/10 = Film intéressant et travaillé qui vaut le détour.
9/10 = Excellent film.
10/10 = Film mémorable qui me marquera pendant longtemps.


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)