PRÉAMBULE :
Salut l’ami ! Merci d’être là ! Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! Cet avitique contient une seule phrase spoiler zone bien indiquée je te rassure. Bonne lecture à toi !

Réalisé par : M. NIGHT. SHYAMALAN (Sixième sens, Incassable, Split)
Sorti le : 16/01/19
Durée : 2H10

EN BREF :
6ème de mes attentes 2019, Glass est le nouveau film de M. NIGHT SHYAMALAN. Un réalisateur qui ne laisse personne indifférent puisque ce dernier a marqué les esprits par son univers si propre à lui-même. Sans même le savoir, de nombreuses personnes connaissent son travail notamment avec Sixième sens et Incassable mais surtout depuis 2016 avec les 23 personnalités de James MCAVOY dans Split. Fort de ce succès et de la révélation du lien entre ce dernier et Incassable, le dernier chapitre de cette trilogie a bénéficié d’une promotion d’une ampleur inédite comparé aux précédents. Les super-héros sous un nouveau regard, tel était la démarche de SHYAMALAN au travers de cette histoire racontée sur 20 ans. Verdict…

Glass avitique critique avec du recul blog cinéma film

LE PITCH :
Quelques temps après le kidnapping de Casey par La Bête (Split), David Dune – l’incassable – est à la recherche de ce dernier pour mettre fin à ses agissements et sa folie. D’un autre côté, le passionné de comics Elijah Price et sa terrible maladie des os de verre n’a pas oublié sa quête initiale en voulant former sa propre équipe de super-héros. Alors qu’il est interné dans un hôpital, la réunion de ces trois êtres hors du commun est sur le point d’avoir lieu…

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Une lourde préface…

Alors que Split se découvre et se regarde comme une histoire unique, en stand alone, Glass est clairement la suite du film centré sur MCAVOY mais aussi et surtout d’Incassable sorti il y a 19 ans. Si les fans et cinéphiles avaient conscience de ce lien important pour comprendre l’histoire à 100%, de nombreux spectateurs n’avaient jamais entendu parler du fameux film de Bruce WILLIS, première pierre de cette trilogie « secrète » in fine. Alors forcément, l’entrée dans ce chapitre final n’était pas facilité pour eux car il faut ajouter à cela que SHYAMALAN prend le temps qu’il lui faut pour développer son histoire.

Glass avitique critique avec du recul blog cinéma film
La mise en scène astucieuse au travers de reflets et d’enregistrements caméras représentent bien plus qu’une simple question esthétique…

Ainsi, la première moitié du film se révèle très calme… puisqu’elle nous prépare à l’affrontement final de ces super-héros : Plan machiavélique finement élaboré par Elijah depuis des années. Si toute cette introduction ne manque pas d’être complète, ce qui est une bonne chose, le rythme assez faible et lancinant génère certaines longueurs qui égare les (nombreuses) âmes qui n’ont pas eu vent d’Incassable.

Glass avitique critique avec du recul blog cinéma film
Savoir mettre en valeur ses héros… Ces plans récurrents nous positionnent derrière les protagonistes, comme si nous étions avec eux, de leurs côtés. Protégés par leur puissance.

Un scénario qui fait du bien

Mélange de genre, cette trilogie atypique tout droit sortie de l’esprit du réalisateur questionne autant qu’elle perturbe certains codes. Film de super-héros bien différent de ce que l’on connait dans les blockbusters Marvel ou DC, l’implicite mise en abîme via l’univers des comics s’avère plus spirituel et philosophique qu’on ne pourrait le croire. C’est ainsi peut-être en cela que certains peinent à rentrer dans cette nouvelle histoire.

Glass avitique critique avec du recul blog cinéma film
Le rose de la douce folie… (Folie, vraiment ?)

Ainsi cette volonté assumé de SHYAMALAN via cette réflexion sur des êtres uniques qui auraient inspiré les comics est des plus intéressantes. Différente et inédite à une époque ou les super-héros n’ont jamais été autant présents dans les salles obscures, Glass conclue une histoire qui a le mérite d’oser et qui réussit ce qu’elle entreprend. SPOILER ZONE : Malheureusement certains maladresse à l’image de la mort de l’incassable ou les prémices de romance entre Kevin et Casey, sans dire que les idées soient mauvaises, s’avèrent mal exploitées/développées. OVER.

null
Violet, rose et jaune… et non ce ne sont pas les power rangers. 

Enfin mention spéciale à la photographie et la mise en scène toujours aussi propre et travaillée par le réalisateur et son équipe. L’ambiance est à chaque séquences parfaitement maitrisée et on ne peut qu’apprécier le soin apporté au détail. 

 

AVEC DU RECUL…
Sans être le final grandiose que j’aurai pu imaginer, Glass conclue son histoire dans la continuité de ce que son auteur proposait lors des deux précédents films. A l’inverse d’un Suicide Squad ou d’un Venom, SHYAMALAN nous montre des méchants, perçu comme des méchants et traités du début à la fin comme tels. Ainsi rien que pour cette démarche assumée du début à la fin, je considère la trilogie comme une oeuvre unique qui mérite sans hésitation le détour. Bruce WILLIS, James MCAVOY et Samuel L. JACKSON sont brillants dans leur rôle respectif même si la fin de cette histoire semble laisser un goût d’inachevé, comme si nous n’avions pas pu voir ce que ces hommes pouvaient réellement faire. Un sentiment influencé par l’univers super-héroique que l’on connaît déjà ? Peut-être, qui sait. Mais au final cette fin « brutale » qui nous empêche d’en voir plus nous place dans la même situation que certains personnages secondaires du film une fois le générique apparu… Frustrant, mais habile après tout.

Glass avitique critique avec du recul blog cinéma film

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !

Voici ce que mes notes signifient :

1/10 = Je n’ai pas regardé jusqu’à la fin, j’ai quitté la salle.
2/10 = Brûle moi cette pellicule.
3/10 = On devrait nous payer pour venir s’assoir dans la salle.
4/10 = Y’avait de l’idée ! Maiiiiiis non, oublie.
5/10 = La moyenne ! Un moment sympa rien de plus, next.
6/10 = Film passable.
7/10 = Bon film.
8/10 = Film intéressant et travaillé qui vaut le détour.
9/10 = Excellent film.
10/10 = Film mémorable qui me marquera pendant longtemps.


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)