PRÉAMBULE : Salut l’ami ! Merci d’être là ! Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! D’autre part cet avitique ne contient pas de partie SPOILER, tu peux lire tranquille… Bonne lecture !

Réalisé par : Frédéric TELLIER
Sorti le : 28 novembre 2018
Durée : 1h56

EN BREF :
Comme tu le sais si tu me suis depuis longtemps, Pierre NINEY est mon acteur français favori. Bien que l’originalité ne soit pas au rendez-vous sur ce coup, je porte naturellement une attention particulière à chacun de ses films depuis sa révélation dans Comme des Frères (2011). Un an après La Promesse de l’aube, l’ancien pensionnaire de La Comédie Française présente son nouveau film pour lequel son investissement fût total. Adapté d’une histoire vraie ayant eu lieu au début des années 90, Sauver ou Périr s’annonçait comme un grand cru de fin d’année. Verdict…

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog

LE PITCH :
Franck est Pompier de Paris et a dédié toute sa vie à son métier. Tout juste papa de deux petites filles, il vit à la caserne avec sa femme en étant un homme comblé. Une passion avant d’être son métier, pompier n’est malgré tout pas une activité sans risques et Franck en est bien conscient. Néanmoins, en réalisant un acte de bravoure démesuré, ce n’est pas la gloire mais bien les flammes qui vont lui changer la vie à tout jamais…

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

De l’idylle au drame

Quel jeune garçon ne s’est jamais imaginé un jour pompier le temps d’une rêverie ? Franck à 17 ans lorsqu’il rejoint la caserne et s’investit corps et âme dans son métier. Aider et sauver les gens donne un sens à ses journées tout autant que sa femme joliment interprétée par Anais DEMOUSTIER (Au Poste !) avec laquelle le bonheur semble inébranlable. Par l’intermédiaire de cette longue première partie nous faisant découvrir le couple et leur idylle, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Evidemment, dans le cadre du film, nous savons malheureusement que ce tableau ne durera pas. Outre cet prévisibilité logique, il est impératif pour un tel film de prendre son temps afin de faire comprendre au public ce qu’il y’a avant l’accident. Plus nous partageons le bonheur et plus nous nous prenons d’affection pour ce jeune couple à la vie devant lui, plus la chute sera brutale pour eux, comme pour nous.

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog
La retranscription de la réalité était une vraie ligne de conduite.

TELLIER a donc totalement bien géré cette amorce avant le drame afin que nous comprenions ce que perd Franck lors de cette accident. Si il ne perd pas au sens médical du terme la vie, Sauver ou Périr va nous montrer par l’intermédiaire du combat du pompier qu’être encore de ce monde ne signifie pas pour autant : vivre.

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog
La qualité des textes contribue pour beaucoup à la poésie du film.

Un film vrai

En plus de l’histoire vraie sur laquelle se base le film, le réalisateur souhaite rendre compte au plus près possible de la réalité d’un tel accident. Si les séquelles physiques sont évidentes sur un homme dont quasiment l’intégralité du corps a brûlé au troisième degré, la souffrance n’est finalement pas la pire des conséquences dans cette histoire. Au travers de la prestation de Pierre NINEY, le film nous montre justement à quel point, en complément des douleurs physiques insupportables, c’est la disparition pure et simple de tout le bonheur qu’il connaissait avant qui est la plus atroce. Avec la réalisation de son rêve en caserne additionné à son nouveau rôle de papa, Franck avait tout, et perd brutalement tout dans les flammes.

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog
Un investissement total pour Pierre NINEY qui a pris 9 Kg de muscles pour devenir pompier, pour les perdre ensuite afin de jouer les scènes post-accident

Pourtant comme il le dira lui-même dans le film, « il y’en a plein des comme moi, pour lesquelles la vie bascule« , l’histoire n’a pas pour objectif premier de porter l’homme en héros. Frédéric TELLIER nous montre en toute transparence le combat si long de Franck, pour la vie, et surtout, contre la mort. Ainsi, par l’intermédiaire de scènes qui pourraient sembler simplistes, à l’image d’un crie de rage soudain en pleine rue ou d’un entretien raté à pôle emploi en raison d’un physique inadéquat pour la relation client, Sauver ou Périr ne dépeint que la difficile réalité du grand brûlé. Par ailleurs, la lumière, en référence au feu d’une certaine manière, bénéficie d’un traitement spéciale. Souvent dos aux fenêtres (source de luminosité), dans l’ombre ou à contre-jour lors de phases de rechute, Franck verra son visage doucement illuminé lors de scènes plus optimistes. Aussi, le film implique tant son spectateur dans cette interminable combat, que retrouver le sourire quelques minutes seulement avant la fin du film fait in fine le plus grand bien…

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog
Sortir de l’hôpital ne signifie pas la fin des souffrances.

NINEY dans son plus grand rôle ?

Préparé à l’idée d’apprécier sans surprise le travail d’implication remarquable du comédien, je ne m’attendais néanmoins pas à une interprétation aussi prenante. Bien entrainé par son personnage de Romain GARY l’an passé, Pierre NINEY signe à mes yeux sa plus belle performance à ce jour. La tâche n’était pour autant pas évidente, puisque j’estimais le piège du sur-jeu très grand pour un rôle aussi dramatique que celui-ci. Mais par l’intermédiaire de séquences et de textes bien écrits comme lors de son discours ou de la dernière scène sur le banc, NINEY vise juste. La très légère dose d’humour présente à certains moments est alors aussi drôle que belle, rehaussant ainsi les larmes qui couleront sur les joues des plus émotifs d’entre vous.

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog
Anais DEMOUSTIER est la force tranquille dans cette épreuve tout autant difficile pour son personnage.

Enfin, si l’homme est au centre de l’attention, sa femme, et donc Anais DEMOUSTIER, lutte tout autant lors de cette épreuve. La comédienne incarne la simplicité et l’amour d’un simple regard. Le film prête donc un grand intérêt à la force mental dont fait preuve sa femme qui se doit de le soutenir, tout en continuant de vivre… heureuse (?).

AVEC DU RECUL…
Sauver ou Périr me surprend légèrement en étant un très bon film. Evidemment je m’attendais à un travail honorable de la part de Frédéric TELLIER et de son casting, mais je dois dire que la qualité de retranscription de cette terrible et inspirante histoire vraie est à souligner. Pierre NINEY signe je pense un des rôles les plus aboutis de sa carrière, si ce n’est le meilleur, délicieusement aidé par Anais DEMOUSTIER. Aussi triste et pesant que poétique parfois, le film ne souffre d’aucun temps mort grâce à une mise en situation ultra efficace nous faisans aimer et soutenir les personnages sans tarder. Sauver ou Périr est une réussite.

Sauver ou périr critique avitique avec du recul blog

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !

Voici ce que mes notes signifient :

1/10 = Je n’ai pas regardé jusqu’à la fin, j’ai quitté la salle.
2/10 = Brûle moi cette pellicule.
3/10 = On devrait nous payer pour venir s’assoir dans la salle.
4/10 = Y’avait de l’idée ! Maiiiiiis non, oublie.
5/10 = La moyenne ! Un moment sympa rien de plus, next.
6/10 = Film passable.
7/10 = Bon film.
8/10 = Film intéressant et travaillé qui vaut le détour.
9/10 = Excellent film.
10/10 = Film mémorable qui me marquera pendant longtemps.


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)