PRÉAMBULE : Salut l’ami ! Merci d’être là ! Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! D’autre part cet avitique ne contient pas de partie SPOILER, tu peux lire tranquille… Bonne lecture !

Réalisé par : Julius AVERY (Son of a Gun)
Sorti le : 21 novembre 2018
Durée : 1H50

EN BREF :
Avec un réalisateur méconnu proposant un film si particulier et une affiche aux faux-airs de jeu vidéo, Overlord est atypique dès le début. Pourtant, avec son petit budget (38 M$) et donc une communication discrète, sa bande-annonce avait le mérite d’attirer l’oeil. Produit par J.J ABRAMS (Star Wars VII), on aurait pu imaginer plus de commérages autour du projet. Autrement, associer Guerre Mondiale et zombies n’est pas une réelle nouveauté… en particulier quand on connait un peu le monde des jeux vidéos (Tmtc COD). Sorti un peu de nul part il faut bien le dire, Overlord tente de nous prouver que la curiosité au cinéma n’est jamais un vilain défaut…

overlord critique avec du recul avitique

LE PITCH :
A la veille du débarquement de Normandie, un groupe d’américains est parachuté en France afin de détruire une antenne de communication Allemande. Un sabotage qui se doit de réussir pour renforcer les chances américaines sur les plages. Dans un village occupé, les soldats vont devoir s’infiltrer dans la base ennemie pour accomplir cette mission suicide, sans s’imaginer ce qu’ils s’apprêtent à trouver à l’intérieur…

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Une mise en scène prenante

Le film débute en plein vol peu de temps avant que les soldats se jette dans la nuit noire et tumultueuse de la guerre pour atterrir en France. Avec cette première séquence, Julius AVERY donne le ton en nous immergeant complètement dans l’avion avec ses personnages. Dynamique et peu rassurante, cette entrée en matière réussie s’accompagne par dessus tout d’un mixage son très fort et véritablement prenant. L’audio aura ainsi une importance toute trouvée dans le film et participe pleinement à l’immersion du public.

overlord critique avec du recul avitique
L’immersion dans cet univers familier et pourtant méconnu fonctionne bien.

Ni trop long ni trop court, Overlord maitrise parfaitement sa gestion du temps en insufflant un rythme qui ne s’estompe jamais. Composé d’acteurs habitués à des seconds rôles dans quelques titres évocateurs, Jovan ADEPO (The Left Lovers), Wyatt RUSSEL (Black Mirror) et Pilou ASBÆK pour le plus connu (Game of Thrones, Ghost in the Shell) le casting s’en sort très bien. Mention spéciale à la belle française Mathilde OLLIVIER qui campe le seul rôle féminin, au passage réussi, avec brio.

overlord critique avec du recul avitique
Les scènes d’actions sont très prenantes et la violence très crue des séquences n’est pas malvenu.

Sans prise de tête, ça brise des têtes

Interdit au moins de 16 ans en France, la violence et le sang sont de la partie dans un film qui n’est pas là pour faire du politiquement correct. Têtes écrasées, corps brûlés ou mutilés ne sont que des détails dans cet univers à la vision assumée très américaine où les Alliés sont les héros, et les Allemands/Nazis (pas de temps pour la distinction) les pires salauds de l’humanité. Le tout s’avère acceptable avec une histoire qui justifie parfaitement ces séquences. En outre, si la fin semblait ce diriger vers un WTF total, Overlord rassure en ne dépassant pas cette deadline dans une dernière scène d’action peu impressionnante mais efficace.

overlord critique avec du recul avitique
Mathilde OLLIVIER est loin de jouer la plante verte dans un rôle clef.

Point « zombis » désormais avec un mot qui veut aujourd’hui tout et rien dire. Overlord n’est pas Resident Evil loin de là et les créatures issues des expériences nazies ne sont pas en surnombre. Avec cette présence intelligemment raisonnable (aussi certainement dû au budget), les anciens soldats ressuscités alors devenus surpuissants constituent un bel atout au film dans ce qui pouvait rapidement devenir du n’importe quoi. Par ailleurs, la stupidité de certaines actions des protagonistes irritent parfois, mais heureusement pour eux comme pour nous, c’est sans réelle conséquence pour la suite. Enfin, avec ses petits airs d’Harry Potter et la chambre des Secrets, la BO du film composée par Jed KURZEL (Assassin’s Creed) accompagne parfaitement la tension du film et signe ici un travail de très bonne facture.

overlord critique avec du recul avitique
Ce qui ce cache dans les sous-sols n’a rien de sexy…

 

AVEC DU RECUL…
Overlord s’offre à nous dans une période chargée qui ne lui sera malheureusement peu favorable. Pourtant, sans prétention, Julius AVERTY nous livre un premier film au cinéma (puisque son premier long-métrage n’était pas sorti en salle) pleinement assumé qui remplit son contrat à 100%. Avec un casting efficace, des scènes d’actions immersives, une tension quasi permanente et une bande son 5 étoiles, ce petit film est une valeur sûre qui saura satisfaire tous les friands d’actions/SF sur fond de Guerre Mondiale.

overlord critique avec du recul avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !

Voici ce que mes notes signifient :

1/10 = Je n’ai pas regardé jusqu’à la fin, j’ai quitté la salle.
2/10 = Brûle moi cette pellicule.
3/10 = On devrait nous payer pour venir s’assoir dans la salle.
4/10 = Y’avait de l’idée ! Maiiiiiis non, oublie.
5/10 = La moyenne ! Un moment sympa rien de plus, next.
6/10 = Film passable.
7/10 = Bon film.
8/10 = Film intéressant et travaillé qui vaut le détour.
9/10 = Excellent film.
10/10 = Film mémorable qui me marquera pendant longtemps.


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)