Je remercie tout d’abord très sincèrement l’Alhambra de ST-ETIENNE pour l’invitation à ce film, qui me permet de te proposer cet article ! Retrouve le cinéma sur sa page Facebook pour suivre toute leur actualité.
Quant à moi, je suis sur Instagram et Facebook juste ici ! Pour finir, cet avitique ne contient pas de spoilers sur l’histoire. Bonne lecture à toi !

EN BREF :
Dès 2010, un film consacré à Queen est évoqué avec pour interprète principal Sacha BARON COHEN, comédien et humoriste britannique controversé pour ses personnages de Ali G ou Borat. Toutefois, à force de désaccords entre lui et les membres du groupe Queenl’acteur quitte le projet en 2013. Par la suite, beaucoup de noms furent évoqués à l’image d’un certain Daniel RADCLIFFE ou encore de Ben WHISHAW (Q dans Spectre et Skyfall) mais c’est finalement l’égyptien Rami MALEK rendu célèbre par la série Mr Robot qui campera Freddie MERCURY. C’est donc après une longue gestation que Bohemian Rhapsody, biopic de Queen centré sur son chanteur légendaire,  nous arrive enfin. Verdict…

affiche bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog

LE PITCH :
En 1970, Farrokh « Freddie » Bulsara fait la rencontre des membres du groupe Smile qu’il suit depuis longtemps. Parolier et chanteur, il leur propose ses textes et même de remplacer leur ancien chanteur qui vient de partir pour un autre groupe… Ainsi naît Queen et par la même occasion Freddie MERCURY. 4 garçons qui vont marquer l’histoire de la musique à jamais avec comme leader, la drama queen la plus célèbre qui soit. 

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Une histoire sans relief…

Réalisé par Brian SINGER (Saga X-Men) Bohemian Rhaspody retrace l’histoire du groupe de sa création jusqu’à son apogée avec sa prestation lors du concert caritatif de 1985, le LIVE AID. Une histoire se déroulant sur 15 ans donc, ciblant essentiellement Freddie à qui le groupe doit indéniablement son succès n’en déplaise aux musiciens. Le film nous fait donc découvrir un chanteur déterminé par sa soif de reconnaissance et d’excentricité. Au fond, la célébrité et la richesse ne sont pas des objectifs pour lui mais simplement un à côté. Mais à mes yeux, le scénario ne parvient pas à véritablement décoller pour nous transporter véritablement au plus près du frontman. En dépit d’un jeu bluffant de ressemblance de la part de Rami MALEK, l’histoire ne fait que survoler tous les moments intéressants.

bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog
Rami MALEK. Oui.

BARON COHEN avait quitté le projet car il souhaitait donner une vision plus adulte à son personnage et à la tonalité du film. Une vision non partagée par les producteurs qui voulaient un film grand public. A la sortie, je ne suis pas certain que cette décision soit une bonne idée puisque nous voilà devant un Bohemian Rhapsody lisse et en manque de saveurs qui ne fait qu’effleurer la vie de Mercury et de Queen sans réellement marquer. Les créations des morceaux emblématiques du groupe n’ont rien de symboliques et les concerts s’enchaînent sans saveur au gré d’un défilé de noms de villes sans jamais qu’on ne voit une scène entière de chanson. Certes, le film se concentre sur la vie privée du chanteur au final, mais le problème reste le même. 

affiche bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog
Mary a une place centrale dans la vie et le coeur de Freddie.

Une retranscription fidèle

Outre cette histoire en demi-teinte, la fidélité de reproduction est irréprochable. Il va tout d’abord sans dire que la ressemblance et le travail de MALEK est remarquable tant par le physique que dans ses attitudes. Mais la scène la plus marquante à ce niveau là est la longue séquence finale qui reprend au déplacement près ou presque, la prestation de 20 minutes de Queen donnée lors du légendaire concert du LIVE AID à Wembley. Recréée à l’aide de 700 figurants vêtus comme dans les années 80, le stade fut également modélisé par ordinateur dans son architecture de l’époque (puisque reconstruit en 2003) pour donner naissance à une scène assez fascinante devant ces quelques 100 000 personnes.

affiche bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog
Les concerts n’ont rien de marquant puisque très vite abordés.

Un showman très humain

Si tout n’est pas réussi quand à l’approche de Mercury, le film tente néanmoins de nous toucher par la simplicité paradoxale du chanteur. Très proche de « l’amour de sa vie » comme il surnomme Mary (Lucy BOYNTON), on découvre alors un homme profondément amoureux de sa compagne avant qu’il ne découvre son homosexualité. Cet amour qui est donc devenu une amitié incroyablement forte joue un rôle important dans l’histoire tout comme ce fut le cas dans la réalité.

bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog
C’est un fait : la dernière séquence lors du LIVE AID est impressionnante.

Par ailleurs, l’extravagance et sa passion pour le spectacle dissimule une certaine peur de la solitude. Freddie aime être entouré et regardé comme le film nous le montre au travers de divers séquences. De plus, le long-métrage nous expose dans une autre mesure son profond respect et amour pour ses amis du groupe qu’il considère comme une famille. Son statut de leader suprême de Queen semble le déranger et il supporte très difficilement que la presse n’attaque que lui sur sa vie personnelle au détriment du groupe dans son ensemble. C’est la séquence de la conférence de presse, bien réalisée au passage, qui permet de cerner ce mal-être.

affiche bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog
Bohemian Rhapsody choisit l’introspection sur le chanteur… mais l’idée n’est pas poussée à 100%.

Cet aspect du film est donc également très proche de la réalité puisque l’artiste n’a volontairement jamais vraiment communiqué sur sa vie privé. Pour preuve, ses fans attendront 1991 et un jour avant sa disparition l’annonce de sa séropositivité et sa maladie. Ce n’est d’ailleurs qu’après cela que le monde découvrira l’existence de la seule femme qu’il est jamais aimé, Mary Austin, pour laquelle il avait écrit « Love of my life« .

AVEC DU RECUL…
Bohemian Rhapsody se révèle être pour moi une petite déception toute proportion gardée. Le film est loin d’être mauvais mais il s’articule autour d’un scénario trop lisse qui n’aborde aucun moment clé en profondeur. Les 15 années abordées par l’histoire survolent joliment Queen par l’intermédiaire de son leader mais cela ne marque pas. Heureusement, la prestation de Rami MALEK est saisissante de réalisme et la volonté de conformité à la réalité est louable en plus d’être réussie. La dernière séquence lors du LIVE AID est ainsi stupéfiante… même si la bande-annonce me donnait davantage les frissons que le film en lui-même au final : problématique.

bohemian rhapsody critique avitique avec du recul blog

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)