PRÉAMBULE :
Je remercie tout d’abord très sincèrement le CINÉ JAUDE de CLERMONT-FERRAND pour l’invitation à ce film, qui me permet de te proposer cet article ! Retrouve le cinéma sur sa page Facebook pour suivre toute leur actualité.
Quant à moi, je suis sur Instagram et Facebook juste ici ! Pour finir, cet avitique ne contient pas de spoilers sur l’histoire. Bonne lecture à toi !

EN BREF :
40 ans après que Michael Myers est marqué à jamais le 31 octobre, David GORDON GREEN (Joe ; Stronger) nous ramène à Haddonfield. Sobrement intitulé Halloween, cette 11ème histoire de la franchise prend position lors du 40ème anniversaire du drame… et fait donc abstraction des 9 autres films. Alors pas de panique si tu n’as jamais vu les autres, seul le long-métrage de CARPENTER (1978) peut éventuellement être utile à la compréhension de certaines allusions mais n’est pas indispensable. Verdict ?

affiche halloween 2018 critique avec du recul blog avitique

LE PITCH :
Nous sommes en 2018 et la petite ville d’Haddonfield s’apprête à fêter Halloween comme chaque année. Néanmoins cette journée a une saveur particulière pour Laurie Strode qui a vu tous ses amis tués de sang froid par le psychopathe Michael Myers le 31 octobre 1978. Au détriment de bonnes relations avec sa fille et sa petite-fille, Laurie est depuis devenue une véritable soldat sur-entrainée prête à affronter l’éventuel retour du meurtrier. 40 ans après, ce jour est arrivé.

 

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Joyeux anniversaire

Qui dit slasher dit rarement grande intelligence scénaristique. Contre toute attente, Halloween et ses scénaristes nous prouve le contraire en nous proposant une histoire bien ficelée dans l’ensemble et intéressante à suivre. Pour le quarantième anniversaire de la tragique nuit d’halloween, le film nous ramène vers Laurie, toujours interprété par Jamie LEE CURTIS, alors devenue une véritable maitre des armes à feu au sein de sa maison-bunker. Sa haine envers Myers est une obsession qui a guidée toute sa vie jusqu’à l’éducation de sa fille. Avec ce postula, Halloween réussi à me surprendre dans le bon sens avec cette histoire simple et efficace.

halloween 2018 critique avec du recul blog avitique
Jamie Lee Curtis reprend le role de Laurie Strode, prête retrouver son meilleur ennemi.

On retrouve par ailleurs plusieurs allusions au long-métrage de John CARPENTER au travers de différents personnages et même de plans. Mais GORDON GREEN ne se contente pas de nous servir une version modernisée puisque outre son scénario intéressant, sa réalisation propose de beaux moments. On notera un plan séquence marquant suivant de près Myers qui, au travers de son affreuse promenade entre les différentes maisons, enchaîne les meurtres sans bruits. D’autres plans très forts en contre-plongé forcent le respect face au psychopathe, donnant une aura terrifiante au personnage (chose que ne faisait absolument pas un certain Predator). De plus, alors que notre point de vue est centré la plupart du temps sur la future victime terrorisée, la fin du film est bien pensé avec le chasseur qui devient le chassé… Une séquence qui met alors astucieusement en valeur le personnage de Laurie, attention plutôt rare pour un film du genre.

halloween 2018 critique avec du recul blog avitique
GORDON GREEN est loin de faire honte à la franchise.

Fermer les yeux ne te sauvera plus

C’est la technique du froussard par excellence, baisser la tête et se cacher de l’écran à l’approche d’un moment effrayant. Avec Halloween, le visuel n’est pas la seule arme pour nous surprendre puisqu’il mise aussi sur le son. Force est de constaté au cours de la projection que les bruits et sons du film, de par leur puissance et les plans resserrés qui nous montrent leurs origines, bénéficient d’un traitement d’honneur. Ainsi au travers de ce travail, la vue n’est plus notre seul sens en alerte puisque nos oreilles se sentent également agressées. La musique reprend également le célèbre thème Halloween qui ne manquera pas de nous faire décrocher un sourire intimidé dans l’introduction.

halloween 2018 critique avec du recul blog avitique
Alysson, petite fille de Laurie, ne sert pas vraiment à grand chose…

On ne change quand même pas une équipe qui gagne

Slashers et autres films d’horreurs ne sont pas réputés pour nous démontrer l’intelligence de leurs personnages. Ainsi, malgré le scénario bien pensé et outre Laurie-Rambo, les protagonistes ne font pas exception à la règle avec comme meilleure exemple la traditionnelle glissade devant le meurtrier. Globalement le film se concentre sur le personnage de LEE CURTIS ce qui a pour effet de donner une « héroine » très charismatique et profonde, rarement déjà vu dans un film du genre. Mais ce focus coûte aux autres membres du casting et place sa fille Karen et petite fille Allyson dans une position de second rôle anecdotiques. Leurs actions sont souvent inutiles qui plus est, et leur importance dans le récit est presque oubliable alors qu’elles constituent une des forces du récit sur le papier.

halloween 2018 critique avec du recul blog avitique
40 ans de cinéma ont passé depuis le premier Halloween et la violence elle aussi, a bien grandit…

Enfin, les 2 journalistes sont intéressants de par leur approche extérieur des faits. La scène d’ouverture révélant le titre est d’ailleurs très réussie. Mais malgré cela il est dommage qu’ils ne bénéficient pas d’une plus grande attention dans la suite du récit.

 

AVEC DU RECUL…
Halloween est somme toute une bonne surprise. Avec une concurrence chaque année très dense, les films d’horreurs tentent de nous faire peur en innovant au sein d’un genre paradoxalement très codifié. Ici, l’innovation est loin d’être la volonté de David GORDON GREEN puisqu’il parsème son travail de nombreuses références au film de John CARPENTER. Néanmoins, la continuité de l’histoire se révèle bien amenée notamment avec le développement d’une Laurie charismatique à souhait. Pour imager ce scénario, la mise en scène propose des séquences intéressantes à l’image de l’ouverture et d’un plan séquence qui fait froid dans le dos. Pour conclure Halloween ne révolutionne pas la franchise ou le slasher mais nous propose un moment sympathique qui saura faire frémir les âmes les plus sensibles.

note halloween 2018 critique avec du recul blog avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)