PRÉAMBULE :
Je remercie tout d’abord très sincèrement le CINÉ JAUDE de CLERMONT-FERRAND pour l’invitation à ce film, qui me permet de te proposer cet article ! Retrouve le cinéma sur sa page Facebook pour suivre toute leur actualité.
Quant à moi, je suis sur Instagram et Facebook juste ici ! Pour finir, cet avitique contient une SPOILER ZONE que tu peux éviter en sautant le paragraphe concerné … Bonne lecture à toi !

EN BREF :
Si tu es né dans les année 90, ton âme d’enfant s’est certainement liée d’amitié avec un certain Kirikou… Découvert au cinéma en 1998, Kirikou et la Sorcière attira plus de 1 400 000 spectateurs dans l’hexagone. Un succès inattendu et loin d’être évident alors qu’il faisait face à l’époque à une fameuse Mulan (Disney)et un certain Prince d’Egypte (Dreamworks). Réalisé par Michel OCELOT, le petit personnage « pas grand mais vaillant » aura ainsi le droit à deux autres aventures en 2005 (Kirikou et les Bêtes sauvages) et 2011 (Kirikou et les Hommes et les Femmes). Entre temps, le style d’animation du réalisateur aussi identifiable qu’esthétique nous a offert d’autres très belles oeuvres à l’instar de Princes et Princesses ou encore Azur et Asmar. Mais en 2018, c’est désormais à Paris que M.OCELOT nous convie.

Dilili à Paris critique avec du recul blog avitique blog

LE PITCH :
En plein Paris de la Belle Epoque, Dilili est une fillette kanake (Nouvelle-Calédonie) à l’éducation irréprochable. Se liant d’amitié avec un jeune coursier, elle va découvrir tout Paris assise dans le triporteur du garçon. Dans cette aventure rythmée, Dilili va apprendre l’enlèvement de plusieurs petites filles par la secte des Mâles-maîtres. Concernée par les victimes et offusquée par l’incapacité de la police, elle va alors tout mettre en oeuvre pour faire tomber cette organisation diabolique. Au fil de son enquête, la petite curieuse va enchainer les rencontres dont les noms sonnent étrangement familier, Marie CURIE, Gustave EIFFEL, Emma CLAVEL, Sarah BERNHARD en passant par RENOIR, DEBUSSY, RODIN, PICASSO et même, un certain Chocolat …

ALORS ÇA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Un tableau d’une heure et demi

Bien que je n’ai pas vu la totalité des oeuvres de Michel OCELOT, chacune de celles que j’ai pu visionner a marqué ma mémoire. Pour te prouver cela, ma découverte de Princes et Princesses (2000) remonte à un certain après-midi au milieu d’une petite bibliothèque, dans laquelle ma maitresse de maternelle lançait le DVD du film sur une imposante télé de l’époque. J’avais donc moins de 6 ans. Aujourd’hui je te rassures, je serai bien incapable de résumer son histoire, en revanche la beauté du film à façonner ce souvenir.

Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog
Chaque plan est de toute beauté.

Avec Dilili à Paris l’expérience peut aisément être reproduit chez les plus jeunes. Les « Oh c’est beau » à répétition d’un jeune garçon devant moi lors de la séance me conforte dans cette idée. D’autant plus qu’il dit vrai, le film est comme je m’y attendais très beau avec une fin somptueuse. Cette dernière, accompagnée d’un chant lyrique émerveille petits et grands lors d’une séquence  mémorable devant la tour Eiffel. De nombreux visuels de Paris s’amusent à frôler la qualité d’une photo donnant une dimension unique et magique à cette histoire. Attention néanmoins, les moins de 6 ans pourraient trouver le périple un peu long…

Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog
Le voyage de Dilili et ses amis nous fait prendre de nombreux moyens de transport insolites.

Une aventure didactique et engagée…

Au travers des péripéties rencontrées par Dilili, Michel OCELOT prône la bonne conduite, la culture, l’acceptation, la tolérance et le rôle de la Femme indépendante, qui était à l’époque, en pleine émancipation. Tout adulte comprendra rapidement les valeurs que cherche à transmettre le réalisateur et se fera un plaisir (ou pas) de les transmettre à son enfant. Un film clairement didactique pour les jeunes (6-12 ans selon moi), sans se limiter à cela, dont un certain papa se servait habilement derrière moi pour faire découvrir Paris et ses grands noms du XXème à son bambin.

Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog
Les déplacements en triporteur sont mouvementés et donnent naissance à de sympathiques scènes d’action.

… bien que parfois trop caricatural, voire dérangeante

Malheureusement, si un enfant ni verra que du feu et une histoire qui fait un peu peur, la maturité qui a remplacé la candeur du spectateur plus âgé ne le trompera pas. A trop vouloir insister, l’extreme politesse de Dilili en devient irritable ce qui nous pousserait presque à souhaiter le mutisme de la fillette. Bien que l’effet recherché semble être un certain comique de répétition avec la fameuse formule « Je suis heureuse de vous rencontrer« , c’est tout le contraire qui ce produit. Heureusement, son petit noeud jaune et sa répartie inspirante pour son jeune âge parviennent de justesse à sauver l’héroïne.

Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog
Malgré ses belles tenues, Dilili est parfois assez insupportable.

SPOILER ZONE
Enfin, la création des mâles-maîtres provient de l’esprit d’OCELOT, mais la mise en scène de leurs activités laisse plus que dubitatif. En effet les criminels de l’histoire kidnappent des petites filles. Par cet acte, leur intention est de laisser les pleins pouvoir aux hommes en stoppant de surcroît l’émancipation des femmes de plus en plus présente au sein de la société. Mais ce n’est pas ça qui pourrait nourrir une polémique. Le fait est que les petites filles sont enlevés et éduqués pour en faire des « 4 pattes« . Des femmes objets servant de chaises pour les hommes dont les déplacements se font uniquement : à 4 pattes. Si l’idée est de base assez forte elle est pour le moins originale (et c’est bien). En revanche c’est la tenue qu’elles portent qui attire l’attention puisque le long drap noir qui les habillent s’apparente clairement à une burka. Ainsi, bien que je ne sois pas choqué par cette perception que je ne serais surement pas le seul à avoir, la similitude est bien présente et pourrait déranger dans un pays où ce genre de sujet fait couler beaucoup d’encre. Alors message cachée et engagée ou simple coïncidence ? Bien que perturbante dans ce contexte, je féliciterai la première hypothèse et m’étonnerai devant la seconde.
OVER

Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog
Au cours de l’histoire, plusieurs lieux emblématique de Paris nous ouvrent leurs portes.

 

AVEC DU RECUL …
Dilili à Paris s’avère être un voyage fantasmé dans le grand Paris du début du XXème siècle. Emmenés par Dilili et sa curiosité sans fin, Michel OCELOT nous fait rencontré les plus grands noms de notre Histoire. Véritable ode à la connaissance, aux sciences et aux arts, le film est une excellente porte d’entrée sur cette période pour les plus jeunes, voire même moins jeunes. L’histoire est un véritable tableau vivant du début à la fin même si une partie des choix du réalisateur pourraient prêter à débats. Une éventuelle polémique qui ferait bien mauvais genre au milieu de l’oeuvre dans le cas où tout cela serait mal interprété. Pour conclure, ce 8ème long-métrage d’OCELOT est une nouvelle histoire pleine de belles choses qui ravira les yeux des parents et des enfants tout en instruisant les esprits de futurs érudits.

Note Dilili à Paris critique avitique avec du recul blog

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite surtout pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)