PRÉAMBULE : Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! D’autre part cet avitique contient une petite SPOILER ZONE que tu peux éviter en sautant le paragraphe concerné … Bonne lecture !

EN BREF :
Sans aucune attente pour le nouveau film du français Jacques AUDIARD dont je ne connais le travail que de nom (je l’avoue), je me suis laissé tenter par son Western. Non érudit du genre comme il le dit lui-même, cela nous faisait un point commun bien que cela ne m’empêche absolument pas d’apprécier cet univers. C’est donc après avoir entendu de bons échos à son égard que je me suis aventuré à rencontrer Les Frères Sisters.

Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul

LE PITCH :
En 1851, Elie et Charlie Sisters sont des tueurs à gages expérimentés. Sans pitiés et dotés d’un talent indéniable pour le métier, ce qui semblait être une banale traque d’un chimiste va les mener dans des contrées jusqu’à lors jamais foulées par leurs montures. Dans cette chasse à l’homme où le détective John Morris est leur allié, le voyage ne laissera personne indifférent.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Un Western d’amour

Ce qui frappe au fur et à mesure du film c’est cette ambivalence des Frères Sisters. John C. REILLY interprète l’ainé, Eli Sisters, et est sans aucun doute le frère le plus profond et le plus touchant des deux. La fierté est néanmoins bel et bien présente de part et d’autre dès qu’il s’agit de faire preuve d’affection entre eux. Malgré cela, Eli ne peut le dissimuler car c’est là sa vraie nature. AUDIARD le prouve naturellement au travers d’éléments tout simples avec comme meilleur exemple l’étole rouge qu’il chérit tant. Un morceau de tissu qui lui provient certainement d’un amour passé sur lequel le film ne s’attarde pas plus, et ça c’est bien, c’est beau. La tendresse d’Eli est alors mise en valeur par contraste avec l’absence de sentiment que semble faire preuve son frère Charlie, délicieusement interprété par Joaquin PHOENIX (bientôt au cinéma sous le sourire du Joker).

Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul
Les deux frères, très différents, se complètent pour former ce duo redoutable.

La relation des deux frères est donc vraiment plaisante à suivre puisque leur voyage nous les fait connaître chaque minute plus encore. Leur passé, leurs ambitions, leurs qualités, leurs vices… De nombreuses divergences existent entre eux. AUDIARD nous montre ainsi qu’elles sont la source de nombreuses tensions qui s’accentuent au fur et à mesures de leur chasse à l’homme. Néanmoins la complicité est bien là car ils ont tout vécu ensemble. Aussi, la petite dose d’humour d’une délicatesse étonnante pour la brutalité des personnages passe à merveille. Evidemment c’est Elie qui en est souvent à l’origine notamment quand il découvre l’usage de la brosse à dent ou lorsqu’il s’extasie devant la chasse d’eau d’un hôtel luxueux.

Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul
La légère dose d’humour donne du cachet au film.

Pour finir sur ce sujet, le film se construit autour de Warm, le chimiste qu’ils doivent tuer. Joué par Riz AHMED (Venom ; Rogue One), il campe un personnage plutôt intéressant qui sert surtout à faire parler nos personnages grâce à sa simplicité et sa bonté. Son association avec Jake GYLLENHAAL (Life) sous les traits de John Morris fonctionne bien malgré que le détective face preuve d’une trop grande discrétion à mon goût. Un effacement sans doute causé à juste titre par l’omniprésence des Sisters.

Mais un Western tout de même.

Si les deux compères font preuve d’une humanité grandissante au fur et à mesure de l’histoire, le film n’en est pas moins violent. En revanche si les images nous le montrent à maintes reprises, la normalité de la chose pour les protagonistes fait presque passer ça au second plan.

Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul
Les deux mercenaires sont sans pitié.

D’autre part Jacques AUDIARD nous fait profiter d’une mise en scène vraiment très belle dans ces paysages espagnols (le film n’a pas été tourné aux USA). La toute première scène est ainsi remarquable puisque l’on assiste de loin à des échanges de coups de feu nourris en pleine nuit, où seule la lumière des explosions nous permet de comprendre brièvement la situation. En parallèle, les paysages sont de toute beauté lorsque les deux tueurs traversent de vastes étendues à cheval. Leur voyage au sud est donc aussi le nôtre et apparaît comme des plus plaisants à suivre, bien que le plaisir d’être dans nos fauteuils lorsqu’ils essuient de violents orages ne soit pas boudé…

Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul
Un grand soin visuel a été apporté à de nombreuses séquences.

SPOILER ZONE :
Enfin, la fin du film est réussie tant pour le réalisateur que pour les deux frères puisque qu’ils trouvent leur salut en rejoignant leur mère. Si Elie est forcément satisfait puisqu’il souhaitait se retirer, Charlie aurait pût se révéler hostile à cette décision. Mais son amputation le place dans l’incapacité de poursuivre et il doit de résoudre à ranger les armes. Étrangement cependant, aucun des deux n’évoque l’accident qui provoque la perte de son bras, et surtout, la mort des deux autres …Tout cela est de sa faute, mais encore une fois, les Frères Sisters s’en sortent (presque) indemne.
OVER

AVEC DU RECUL …
Les Frères Sisters s’avère être une ballade au Western fort sympathique. Bien plus tendre que brutal et violent, le premier film américain de Jacques AUDIARD n’a pas à avoir honte. John C. REILLY et Joaquin PHOENIX forment un duo qu’on aimerait presque retrouver un jour. Quant à GYLLENHAAL, on regrettera l’aspect trop secondaire de son personnage qui au final semble presque dispensable en dépit des qualités de son interprète. Outre cela, la beauté de la réalisation associée aux deux frères, charismatique pour l’un, attachant pour l’autre forment un cocktail des plus agréables.

note Les Frères Sisters critiques avitique blog avec du recul

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)