PRÉAMBULE :Je tiens à remercier les cinémas L’Alhambra et Le Camion Rouge de Saint-Etienne, qui m’ont permis d’assister à la séance de ce film. Retrouve leur page Facebook ici ! Et retrouve aussi la mienne juste là! En outre, je partage certains événements du film afin de pouvoir t’en parler de la meilleure des manières… Si tu veux mon avis et découvrir le film à 100%, je te conseille de lire directement la conclusion !

EN BREF :
Prévu initialement dans les salles en septembre 2017, Alpha sort enfin au cinéma après plusieurs changement de date. L’affiche indiquant « Prochainement » est donc restée longtemps d’actualité, mais n’est pas la seule problématique qu’a rencontré le premier long-métrage d’Albert HUGHES. En effet, un rapport d’enquête inculpe la production d’avoir tué 5 bisons d’Amérique au cours du tournage. Un badbuzz qui a poussé la PETA (Pour une éthique dans le traitement des animaux) à l’appel au boycott du film. Outre ces nombreuses mésaventures, le parcours d’Alpha se termine de la bonne manière et avec une si belle affiche, l’aventure à la préhistoire s’annonçait palpitante…

affiche Alpha critique film avitique avec du recul blog

LE PITCH :
Il y’a 20 000 ans, le jeune Keda est désigné comme fin prêt à prendre part aux grands voyages de chasses. Accompagné de son père et d’un groupe d’hommes, le chasseur néophyte va découvrir les dangers de la vie à ses dépens. Laisser pour mort par sa tribu des suites d’un accident, il va tenter de retrouver son peuple accompagné d’un voyageur hors du commun : un loup sauvage. Pour survivre ensemble en ces terres hostiles, une amitié inespérée va alors germer entre l’homme et l’animal.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Retour vers le passé

En Europe au milieu du paléolithique supérieure, les paysages étaient évidemment vierges de toutes civilisations. Des environnements d’une immensité à couper le souffle parfaitement imagé par HUGHES tout au long du périple de Keda. En effet s’il y’a bien une chose de réussie dans Alpha, c’est la photographie et plus globalement son esthétisme. La lumière est constamment mise à l’honneur par l’intermédiaire des nombreux contre-jours, du ciel étoilé, de la lumière du feu ou encore des couchers de soleils. Un travail qui rend l’expérience vraiment agréable à l’œil du début à la fin. Néanmoins une utilisation plus modérée de ces jeux de lumière aurait été plus raisonnable. En dépit de cette gourmandise, toutes les transitions faites par des fondus enchaînés intelligents fluidifient le déroulement de l’histoire. Une belle épopée attrayante qui tente de nous faire voyager pendant une heure et demi, en vain.

Alpha critique film avitique avec du recul blog
Le film est d’une balade visuelle magnifique durant 1h30.

Un pari risqué…

Traiter de la préhistoire est loin d’être un chose aisé. Albert HUGHES en avait surement conscience et passe complètement à côté dans Alpha. Avec un scénario d’une banalité et d’une prévisibilité consternante, la courte durée du long-métrage est une bonne chose. Keda, malgré les bons efforts d’interprétation de Kodi SMIT-MCPHEE, ne dégage rien et n’est que ce simple jeune garçon dépassé par les événements. Le critère de réussite pour participer à la chasse au début du film (les jeunes doivent tailler au mieux un silex) est d’une stupidité déconcertante…

Alpha critique film avitique avec du recul blog
Kodi SMIT-MCPHEE fait de son mieux mais son personnage n’a rien de réellement intéressant.

En quoi s’avoir tailler une pierre le déclare prêt face aux animaux sauvages et la survie quand il ne sait même pas faire du feu !? En effet nous pourrions y voir le côté « Oui mais c’est symbolique ! » Il est vrai que tout le film s’essaye à de multiples reprises à créer des moments de poésie et philosophique. Une tentative louable mais qui ne fait qu’enfoncer ses personnages. Car oui, choisir de les faire parler comme de sombres imbéciles qui communiquent difficilement entre eux endommage grandement la crédibilité de propos sur la vie de leur part. L’utilisation d’un langage propre à leur tribu sous-titré aurait été osé certes, mais bien plus immersif et sérieux. (La dernière trilogie de La Planète des Singes l’a bien fait) De ce fait, les nombreuses… que dis-je, toutes les répliques du chef de la tribu sonnent faux.

Alpha critique film avitique avec du recul blog
La relation entre Keda et Alpha peine à émouvoir.

Voyage en terre déjà vu

En dépit des magnifiques visuels que nous offre son voyage, Keda et son nouvel ami Alpha ne crée aucune alchimie marquante. Leur relation et l’amitié qui est censée être de fer de lance du film n’a rien de marquant. Chacune des péripéties est prévisible néanmoins elles ont comme toujours le mérite d’être bien mise en scène et très belle. Enfin, bien que l’essence même d’un film soit de nous transporter dans une époque/un univers parfois différent de notre réalité, la crédibilité d’Alpha laisse à bien à trop à désirer. Je fais référence à la pluie soudaine qui fait en l’espace de 20 secondes couler une rivière, au pied cassé remit en place pour marcher ensuite, ou encore à son apprentissage du feu par miracle sans même que cela nous soit montré !

Alpha critique film avitique avec du recul blog
Les animaux préhistorique très peu présents, certainement en raison du budget, sont malgré tout très joliment visibles sur certains plans.

Je terminerai par partager ma déception quant à l’invisibilité totale du smilodon qui aurait soit dit en passant fait un superbe affrontement final. Une absence surement dû à un manque de budget (je l’espère) qui pousse aussi le film à nous montrer les créatures préhistoriques seulement via leurs ombres face au soleil couchant. Un subterfuge esthétique bien pensée je l’avoue.

Alpha critique film avitique avec du recul blog
Le langage et les répliques sonnent faux dénaturant complètement les relations des quelques personnages.

 

AVEC DU RECUL …
Alpha
s’annonçait périlleux et à l’image de son héros préhistorique, la chute de la falaise fait très mal. Un scénario prévisible, une amitié homme-loup sympa mais sans plus et une histoire trop peu crédible nous font remercier la courte durée du métrage. Malgré ces nombreux mauvais choix, Albert HUGHES nous offre une balade visuelle somptueuse, pauvre en êtres vivants et aux jeux de lumières parfois surexploités… MAIS, le tout reste très beau et mérite de suivre l’histoire jusqu’à la fin. Sans cela…

note Alpha critique film avitique avec du recul blog
Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon article est totalement subjectif ! C’est pour cela que je t’invites vivement à me donner le tiens en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)