PRÉAMBULE : Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! D’autre part cet avitique ne contient aucune SPOILER ZONE, tu peux lire tranquillement… En revanche tu te doutes que ma partie d’analyse Au Poste n’est pas à lire si tu n’as pas vu le film !

EN BREF :
Contrairement à beaucoup de critiques sur le nouveau film de Quentin DUPIEUX, c’est avec Au Poste ! que je découvre enfin l’univers de celui qui se fait appeler Mr. Oizo. Ainsi, ne t’attends pas à ce que je compare ce long-métrage aux précédentes œuvres du français car elles m’attendent patiemment pour le moment. Outre ce détail, lé réputation de DUPIEUX n’est plus à faire depuis quelques années et son retour en France aux côtés de Benoit POELVOORDE, Grégoire LUDIG et Marc FRAIZE ne pouvait pas que m’attirer.

LE PITCH :
Accusé d’homicide après avoir découvert un cadavre en bas de son immeuble, Louis Fugain se retrouve face au commissaire Buron prêt à prendre sa déposition. L’interrogatoire va alors durer bien plus longtemps qu’on ne pourrait le croire…

affiche Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema

 

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Ramène ton FRAIZE

Avec un Mr. FRAIZE aussi présent, il était évident que ce film diviserait. Si tu l’as connu comme moi il y’a quelques années dans la regrettée émission On ne demande qu’a en rire sur France2, Marc FRAIZE avait fait couler beaucoup d’encre dès son premier passage. Je te laisse découvrir ici son premier sketch si tu veux mieux comprendre de quoi je parle. Critiqué pour son absence de texte et une sorte d’irrespect vis-à-vis des autres humoristes qui se devaient écrire, sa présence dans Au Poste ! dans un tel rôle résonne comme un beau pied de nez à l’émission de RUQUIER qui avait décidé de l’éliminer après 10 passages. Malgré cela je pense surtout que ce programme n’était simplement pas fait pour l’humour de ce Monsieur.

Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema avitique
Marc FRAIZE à bel et bien un petit soucis au Poste.

Le trio d’or

Bref, le voilà comme à son habitude, tout pimpant, et pour la première fois aux côtés de la pointure belge Benoit POELVOORDE, toujours aussi talentueux dans un personnage qui lui sied parfaitement. Pour lui donner la réplique dans des dialogues dont la finesse d’écriture n’a d’égal que celle de la moustache du suspect : Grégoire LUDIG. Après son apparition dans le dernier film d’Alain CHABAT Santa et Cie, ce n’est pas un hasard de le retrouver aujourd’hui collaborer avec Quentin DUPIEUX (cf : Réalité – 2014). Dans ce personnage simplet qu’il maîtrise, le co-fondateur du Palmashow n’est néanmoins pas le plus absurde de l’histoire. C’est ainsi qu’on y vient, Mr. FRAIZE débarque et fait ce qu’il sait faire de mieux avec un humour absurde au possible, illustrant la tonalité générale du long-métrage.

Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema avitique
POELVOORDE est aussi à l’aise dans son rôle que dans son fauteuil de commissaire.

Un humour qui (dé)plait rapidement…

Avec un tel registre humoristique, DUPIEUX s’attendait sans aucun doute à diviser en plus de son éternel jeu avec la réalité. En effet, les rires dans la salle n’étaient pas démesurés tout au long de l’histoire et laissaient place à davantage de visages circonspects devant tant d’étrangetés. En revanche étant particulièrement client du style, j’avoue avoir passer un bon moment ! (Désolé M. Durendal).

Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema avitique
Grégoire LUDIG sera à jamais parmi mes acteurs chouchous du cinéma français.

…dans un monde à part

Par ailleurs, ce huis clos nous ramène esthétiquement tout droit dans les années 70 au sein d’un bureau de police aussi austère que sympathique. Les décors et accessoires nous plongent dans une pièce qui nous semble aussi réel qu’irréel avec un seul fenestron pour toute cette grande pièce et l’incapacité totale de donner une heure précise à tous ces événements. Un sentiment d’enfermement et d’intemporalité règne alors et renforce l’idée que Fugain ne pourra pas sortir avant longtemps… in fine la seule échappatoire pour nous spectateurs et les 2 protagonistes n’est autre que les souvenirs.

Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema avitique
L’absurdité de nombreuses séquences repousse rapidement les non avertis… « C’est pour ça »


ANALYSE/INTERPRETATION DU FILM (SPOILER)

Le Poste n’est autre qu’un asile psychiatrique où les personnages sont les patients.

Fugain (notre point de vue omniscient) souffre d’Alzheimer (tout comme ce bon vieil homme de ménage, apparemment…). Le commissaire n’est autre que le directeur des lieux, ou la personne en charge de ces patients là – soit le seul à être « « « lucide » » ». En effet il est l’organisateur du traditionnel spectacle qui se joue devant les familles des malades et tient l’un des rôles principaux. Son patient préféré est sans conteste Fugain qui chaque soir rejoue le même rôle avec autant de surprise que la veille puisqu’il à oublier tout ça. Le personnage d’Orelsan est réellement son fils mais également interné pour troubles mentaux (preuve avec sa tentative de suicide avorté).
L’objectif pour le commissaire est donc de monter sa pièce de théâtre en prenant en compte les particularités physiques de chacun, tout en rajoutant certaines pour perturber encore plus Fugain (l’œil de FRAIZE). A la suite de quoi, ils les emmènent au restaurant pour débattre de ce moment, sauf pour Fugain qui est le seul à ne pas comprendre ce qu’il se passe. Il est totalement perdu et cela explique également son incapacité à donner les heures précises. Tel un malade il se souvient d’événements marquants avec beaucoup de précisions mais fait l’impasse sur certains autres. Après le repas, il lui repasse les menottes pour le ramener sans encombres dans sa chambre, incapable de rentrer seul comme les autres.

INTERPRÉTATION AUSSI PERCHÉE QU’UN OIZO, en attente de revisionnage…
OVER

 

AVEC DU RECUL …
Au Poste !
est ce genre de films français qui peu importe son affection pour lui ou non, fait du bien au cinéma français. Un cinéma qui ose, qui provoque, qui questionne et interloque. Avec une tonalité humoristique qui ne plait inévitablement pas à tout le monde, Quentin DUPIEUX propose un film hors du temps qui laissera bon nombre de spectateurs sur la touche tant par son humour que par son final. Tous les regards se portent désormais sur Le Daim, future comédie du réalisateur qui verra Jean DUJARDIN en tête d’affiche.

note Au Poste ! Quentin DUPIEUX critique avec du recul blog cinema avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)