PRÉAMBULE : Qu’est-ce qu’un ADR ? Signification : Avec du retard. Il s’agit d’une catégorie d’articles (autre que mes avitiques) qui a pour but de traiter des films sortis en salle depuis un certain temps, et que je n’ai pu voir lors de leurs sorties. Voici donc l’ADR, qui est en quelque sorte un mini-avitique, où je te propose mon avis sur des films que j’avais à cœur de visionner et commenter …

affiche saga mission impossible critique avec du recul blog avitique

Amateur des films d’espionnage/action mais sans plus, Les Mission Impossible n’ont jamais été pour moi des films que j’attendais ou « à voir absolument ». Ainsi avec la sortie du 6ème film de la saga : Mission Impossible : Fallout se déroulant en partie à Paris (ON EST CHAMPION DU MONDE AU PASSAGE), je me suis dit qu’il était temps de corriger cela en rattrapant mon retard sur ces incontournables du genre. Mea-culpa Tom CRUISE, je serai prêt pour ta nouvelle mission…

Ainsi, 22 ans après la sortie du premier film,
retour Avec du Retard et en détails sur les 5 films Mission Impossible avant la sortie du nouvel opus : Fallout


mission impossible critique avec du recul blog avitique

Mission Impossible
Briand DE PALMA (1996)

Avec un budget de 80 millions $, le premier film de la saga connait un succès retentissant avec plus de 4 millions d’entrée en France et des recettes mondiales dépassant les 450 millions $. Réalisé par DE PALMA (Scarface), je craignais en le découvrant d’avoir un film assez basique au scénario sans grande surprise du fait de son ancienneté et de son budget presque ridicule aujourd’hui pour un film du genre.

Ce qui frappe dès le début c’est le rythme très rapide dans lequel nous embarque le film. L’histoire ne perd pas de temps, et les premiers éléments du scénario nous sont très rapidement exposés. La première scène d’action dans les rues sombres de Prague jusqu’au célèbre pont Charles est tout simplement une réussite avec une atmosphère pleine de tension et de mystère.

mission impossible critique avec du recul blog avitique
Un piratage majestueux.

En quelques minutes seulement, l’équipe d’agents nous est présentée d’une manière à ce que l’on ressente immédiatement la cohésion et l’amitié qui les unis. Une prouesse notable quand on voit certains films aujourd’hui qui même en 2h ne parviennent pas à créer ce genre de synergie (Coucou Ocean’s 8). En outre, DE PALMA s’emploie au travers de sa réalisation à accentuer la tension des enjeux du film nommant en filmant certains dialogues de personnages en contre-plongée très désaxé (ou Dutch angle très prononcé).

mission impossible critique avec du recul blog avitique
Emmanuelle BÉART, convaincante sans briller par son rôle.

La gestion du silence m’a aussi beaucoup marqué puisque dans un film d’espionnage comme celui-ci, sa maîtrise est d’or. Ici, certaines scènes sont vides de toute sonorité ou tout dialogue se révèle à couper le souffle (au sens propre). Je fais ainsi allusion au piratage de la disquette dans la salle de la CIA, ou encore à la scène de l’hélicoptère accroché au TGV.

AVEC DU RECUL …
Mission Impossible, avec une réalisation de maître, des ambiances sous haute tension et un rythme sans répit se révèle être une belle surprise qui ne m’a donné qu’une envie, voir la suite !

MA NOTE : 7,5/10


mission impossible 2 critique avec du recul blog avitique

Mission Impossible 2 
John WOO (2000)

4 ans après le succès du premier film, Paramount et Cruise/Wagner Productions s’accordent sans surprise sur une suite avec une augmentation du budget de plus de 50% faisant ainsi passer le film de 80 (pour MI 1) à 125 millions $. Une évolution qui se voit nettement sur bien des aspects mais qui n’apporte pas forcément que du bon. Plus long, plus spectaculaire, plus explosif, plus course-poursuite… Bref, plus Mission Impossible que jamais, ce second film nous présente un Ethan Hunt aux capacités physiques inédites et toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Sans être forcément trop dérangeant, le syndrome « toujours plus » comme je l’appel souvent fait donc son apparition. Mission Impossible 2 devient alors un film aussi spectaculaire que divertissant où Tom CRUISE se paie le luxe d’entretenir une romance avec la sublime Nyah alias Thandie NEWTON (de l’époque).

Le succès est une seconde fois au rendez-vous avec 4 millions d’entrées à nouveau dans l’hexagone et près de 550 millions $ de recettes mondiales.

mission impossible 2 critique avec du recul blog avitique
L’action est bien plus présente dans cette suite.

Cette suite veut indéniablement nous en mettre pleins les yeux. Une volonté qui bien que louable et appréciable la plupart du temps, n’en reste pas moins un peu too much à certains moments. (Les années 2000 ou la chinese touch du réal y sont surement pour quelque chose…). Les ennemies sont d’une inutilité et d’une inefficacité abyssale à l’image de leur incapacité à viser correctement une seule fois Ethan, désormais officiellement invincible…

mission impossible 2 critique avec du recul blog avitique
Nyah (Thandie NEWTON) ne laisse personne indifférent et reste la MI Girl la plus sexy de la saga.

Enfin, DE PALMA cède sa place au chinois WOO, sans nul doute aficionados des effets bullet time puisqu’il ne manque pas d’y recourir à de multiples reprises, scènes d’action ou non. Ces dernières sont d’ailleurs logiquement bien plus présentes et intenses que dans le premier film avec par ailleurs une utilisation des prothèses de visages à la limite de l’excès. Côté casting, Luther (Ving RHAMES) est de retour au côté d’Ethan avec un petit nouveau totalement futile et oubliable dans l’histoire. Pour finir, le rôle de l’antagoniste principal est tenu par le très bon Dougray SCOTT à l’époque pressenti pour interpréter Wolverine avant qu’il ne se blesse sur le tournage de MI2, puis pour être le nouveau James Bond avant que M. CRAIG ne soit définitivement engagé (Comme quoi quand ça veut pas…).

AVEC DU RECUL …
Mission Impossible 2
bien que meilleur sur pas mal de point techniques peine à me convaincre davantage que son prédécesseur plus « authentique » à mes yeux. Le tout reste tout de même de bonne facture et malgré un scénario en demi-teinte, nous fait passer un bon moment avec un Tom CRUISE au summum de sa forme.

MA NOTE : 6/10


mission impossible 3 critique avec du recul blog avitique

Mission Impossible 3
J. J. ABRAMS (2006)

Initialement annoncé avec David FINCHER derrière la caméra, c’est finalement ABRAMS alors réalisateur de la série Alias qui s’en charge. D’autre part Ricky GERVAIS est pressenti pour reprendre le rôle d’Ethan Hunt mais (heureusement) CRUISE reste à bord. Avec un budget réévalué à 150 millions $, il est malgré cela l’épisode le moins lucratif des 5 films avec un peu moins de 400 millions $ de recettes dans le monde et 1,9 millions d’entrée en France seulement.

Adieu Nyah dont l’interprète souhaitait rester proche de sa famille et bonjour la nouvelle fiancée d’Ethan en la personne de Julia qui constitue plus que jamais l’un des enjeux du film. Sans bénéficier de nombreuses scènes de romance pour nous faire comprendre leur affection, la scène d’ouverture fonctionne à merveille dans cet objectif quand bien même elle soit d’une profonde violence psychologique. C’est d’ailleurs certainement ma séquence favorite de tout le long-métrage.

mission impossible 3 critique avec du recul blog avitique
La scène du pont est aussi intense que spectaculaire.

Si je trouvais que le second film en faisait trop avec cette augmentation soudaine de budget et la patte chinoise du réalisateur qui était plus que visible, le film d’ABRAMS gère beaucoup mieux ces scènes d’actions. Tout d’abord l’infiltration au Vatican qui, outre mon admiration impérissable du lieu peu importe le film, constitue une réelle séquence d’espionnage bien gérée et réussie. Plus tard dans l’histoire, la libération de Davian sur le pont est aussi impressionnante qu’explosive. Quant à Davian justement (dont Kenneth BRANAGH était le premier choix), Philip SEYMOUR HOFFMAN s’avère magistral en tant que redoutable trafiquant. Ce dernier est le meilleur personnage du film et l’antagoniste le plus réussi des 3 premiers opus à mon sens.

mission impossible 3 critique avec du recul blog avitique
La symbiose entre Ethan et Julia fonctionne plutôt bien, en grande partie grâce à cette superbe scène d’ouverture qui introduit l’actrice.

Enfin, toutes les péripéties du film s’articulent autour d’un objet appelé « La patte de lapin », une boîte transparente dont on ne sait absolument rien, pas même à quoi elle sert et pourquoi il est si important de la récupérer. C’est donc le gros point noir du film puisque le métrage existe à partir d’un élément qui ne nous est jamais présenté, ni à nous public, ni même à Ethan qui n’obtient aucune information à ce sujet. L’agent et son équipe risquent leur vie et celle de Julia pour un objet dont ils ignorent tout y compris son appellation véritable.

AVEC DU RECUL …
Mission Impossible 3 se révèle être aisément meilleur que son prédécesseur. Plus cohérent et crédible, la première réalisation d’ABRAMS est pour moi de bonne facture et ne méritait pas un flop commercial si marqué. Malheureusement son scénario pris à la légère vis-à-vis de l’enjeu principal tire une belle balle dans le pied au résultat global… Malgré cela, les séquence d’actions et infiltrations sont très immersives à l’instar des nombreux environnements du films (Vatican, Chine, Allemagne…). Pour finir, mention spéciale à Julia qui tue sans difficultés 2 hommes entraînés avec un Beretta dont elle découvre l’existence 10 secondes plus tôt (Ah bon ? J’ai dit plus crédible … ?)

MA NOTE : 7/10


mission impossible Protocole fantôme critique avec du recul blog avitique
Mission Impossible : Protocole Fantôme
Brad BIRD (2011)

Avec l’échec commercial de MI3, Protocole Fantôme et Brad BIRD avait la lourde de tâche de redynamiser la licence et d’attirer de nouveaux fans. Une mission pas impossible pour celui à qui l’on doit Les Indestructibles puisque ce 4ème film, avec 5 millions $ de moins de budget que son prédécesseur, en rapporte presque 300 de plus, portant les recettes mondiales à près de 680 millions $. Autant dire que J. J. ABRAMS n’a pas dû regretter son choix de léguer la caméra pour se concentrer sur la production du métrage.

En ayant adoré la scène d’ouverture du 3ème opus, je m’avoue peu convaincu par celle de Protocole Fantôme qui bien que sympathique n’a rien de marquant. Autrement, le film rompt plusieurs codes comparés aux précédents qui s’étaient instaurés comme propre à chaque suite. Je pense notamment au message qui s’auto-détruit au bout de 5 secondes, qui ici ne fonctionne pas… Ou encore à l’abandon des prothèses de visages destinées à prendre l’identité d’un autre qui bien qu’évoquées par les agents, ne sont pas utilisées. Protocole Fantôme marque ainsi un certain tournant comparé à la première trilogie. Simples décisions scénaristiques ou volonté de se démarquer, le débat reste ouvert.

mission impossible Protocole fantôme critique avec du recul blog avitique
L’équipe d’Ethan prend enfin de l’importance avec des acteurs très efficaces.

En outre, j’ai réellement apprécié pour la première fois un intérêt plus prononcé à l’égard de l’équipe d’Ethan. Simon PEGG reprend le rôle de Benji l’éberlué et l’on découvre Jane Carter et William Brandt, des agents compétents et charismatiques. Respectivement interprété par Paula PATTON et Jeremy RENNER, les deux membres de la FMI font plaisir à voir à savoir que ce dernier était introduit dans l’éventualité d’un départ de Cruise/Hunt … Une alternative qui au vu de la performance de RENNER, aurait fonctionné sans problème. En revanche Léa SEYDOUX en tueuse à gage se révèle être à l’image du titre, un fantôme. Son personnage semblait plutôt intéressant mais est trop vite évincé par le scénario.

mission impossible Protocole fantôme critique avec du recul blog avitique
Il fallait y penser …

Quant à l’histoire justement, elle est sans doute la plus prenante de toute. En plus des menaces et enjeux actuels et bien menés, la mise en scène innovante et spectaculaire comme à l’accoutumé font de ce film un très bon Mission Impossible. J’ai en mémoire le panneau digital capable de recréer un décor, l’accident de voiture en point de vue interne à la voiture et la vertigineuse ascension du Burj Khalifa d’Ethan

AVEC DU RECUL …
Mission Impossible : Protocole Fantôme est sans contexte un bon film. Brad BIRD et son équipe nous emmène dans une aventure spectaculaire aux quatre coins du monde (Dubaï, Budapest, Mumbai, Moscou…). Dotés de menaces modernes et très bien gérées, Ethan n’est plus seul mais bien accompagné d’agents compétents et efficace à l’écran. Enfin, bien que certaines scènes d’actions soient peu crédibles avec le fameux syndrome « toujours plus » évoqué dès le second film, le contexte et les environnements de ces scènes les rendent acceptables malgré tout.

MA NOTE : 8/10


mission impossible Ghost nation critique avec du recul blog avitique
Mission Impossible : Rogue Nation
Christopher MCQUARRIE (2015)

Bien que les studios souhaitaient le retour de Brad BIRD 4 ans après le retour en force de la saga, MCQUARRIE (Jack Reacher) est désigné comme réalisateur et scénariste après avoir co-écrit Protocole Fantôme. Le succès est une nouvelle fois au rendez-vous avec plus de 610 millions $ de recettes mondiales et 2,8 millions d’entrée en France.

Ce 5ème film démarre avec une scène impressionnante il faut le dire alors qu’Ethan s’accroche à un avion en plein décollage. Outre cette acrobatie qui nous prouve une nouvelle fois les capacités de Tom CRUISE, la meilleure scène d’ouverture restera pour moi celle du 3ème film. En outre et pour la première fois, Rogue Nation fait plusieurs liens avec des événements du film précédent que ce soit en termes de personnages ou de conséquences. Par exemple, Benji (Simon PEGG) pour sa 3ème apparition, évolue réellement et devient plus que jamais un personnage élémentaire des plans de la Force Mission Impossible (FMI). De son côté, Brandt (J. RENNER) est bien plus discret dans les opérations ce que je trouve un peu dommage après avoir découvert son potentiel dans MI4.

mission impossible Ghost Nation critique avec du recul blog avitique
L’esthétique des scènes d’actions est vraiment remarquable.

Côté scènes d’actions, la séquence de l’opéra de Vienne est assez mémorable. J’ai aussi été marqué par l’aspect très esthétique de la réalisation de MCQUARRIE qui lors de la course poursuite en moto en plein désert, rend l’action vraiment immersive. En revanche, l’objet que cherchais à récupérer Ethan à ce moment-là est en réalité déjà copié par Benji… ce qui rend totalement inutile toute la séquence que nous venons de voir… Par ailleurs, je reste toujours refroidi lorsque je vois Ethan enchaîné les tonneaux en voiture avec quelques simples égratignures ou quand après être revenue à la vie des suites d’une noyade, il est à nouveau capable de courir un marathon.

mission impossible Ghost Nation critique avec du recul blog avitique
La sèquence de l’opéra de Vienne est magistrale.

Pour en finir côté points noirs, Salomon Lane – Antagoniste principal à la tête du Syndicat – s’avère être un peu fade et bien que je cerne la froideur que Sean HARRIS veut transmettre à son personnage, cela ne fonctionne pas. Paradoxalement, sa capture par la FMI est la chute du méchant la mieux gérée et la plus jouissive de toute la saga jusqu’à lors.

AVEC DU RECUL…
Mission Impossible : Ghost Nation
est une belle découverte avec une équipe que l’on commence à connaître, chose très appréciable étant donné sa qualité. Malgré un méchant qui ne marquera pas grand monde, (Attention car il sera de retour dans MI6 : Fallout) le travail de MCQUARRIE est aussi esthétique qu’honorable. Une petite dose d’humour davantage présente n’était pas pour me déplaire et quelques rebondissements ont réussi à me surprendre.

MA NOTE : 8/10


Découvre pour finir mon avitique sur Mission Impossible : Fallout désormais disponible !

affiche mission impossible fallout critique mission impossible 6 avec du recul blog



 
J’espère que cet article riche en contenu t’auras plu, n’hésite pas à me donner ton/tes avis sur ces films et ton préféré si tu en as un !
Rendez-vous très vite pour l’analyse du 6ème film de la saga !

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)