PRÉAMBULE : Retrouve moi sur Instagram et Facebook juste ici ! D’autre part cet avitique ne contient aucune SPOILER ZONE, tu peux lire tranquillement…

EN BREF :
4ème film sous l’air Disney, la saga Star Wars s’installe doucement mais surement dans son rythme à fréquence d’un film par an. Second prequel 2 ans après le très bon Rogue One de Gareth EDWARS, Kathleen KENNEDY (présidente de Lucasfilm) et sa troupe s’attaquait cette fois-ci à un monument de l’univers : Han Solo. Classé à la 5è place de mes 10 attentes 2018, ce spin-off désireux de nous narrer la jeunesse du bandit de l’espace est un projet qui fait débat depuis son annonce en juillet 2015. Il était donc évident que le film ne séduirait pas tout le monde à une époque où la mode est à détester un métrage avant même sa sortie… Quand est-il donc du verdict Avec du Recul ?

Solo critique Solo a star wars story critique avec du recul blog avitique

LE PITCH :
Situé 10 ans avant l’épisode IV « Un nouvel espoir », Han Solo tente de s’enfuir de sa planète miteuse dans l’espoir de devenir le plus grand pilot de la galaxie. A la recherche d’aventures et d’adrénaline, Han va faire la rencontre de nombreux personnages à l’instar de son futur meilleur ami Chewbacca, du contrebandier Lando ou encore d’un vaisseau au nom familier pour nous, le Faucon Millenium…

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Un scénario simple, basique…

Nombreux sont les gens qui reprochent l’inutilité et le vide dont fait preuve Solo : A Star Wars Story. Je n’en fais pas partie. Pour t’éclairer tout de suite sur mon avis, OUI, j’ai apprécié Solo. Outre le fait d’avoir toujours l’impression d’appartenir aux Gaulois face à l’envahisseur Romain dans ce genre de circonstances, j’ai été surpris de voir Captain Popcorn partager mon avis dans les grandes lignes. L’histoire de ce Solo n’est pas ce qu’il y’a de plus passionnant mais elle tient la route pour faire avancer tous ces petits personnages. Néanmoins une ellipse de 3 années est effectué dans le premier quart du film et c’est à mes yeux la plus grosse erreur du travail de Ron HOWARD et des scénaristes. En annonçant une origin story sur Han Solo, je m’attendais à voir comment cet as du pilotage était devenu si bon et surtout pour quelles raisons il avait développé cette volonté d’agir perpétuellement en hors la loi. Malheureusement ce saut dans le temps fait l’impasse sur cette période qui donnait les réponses à toutes ces questions.

Solo critique Solo a star wars story critique avec du recul blog avitique
La rencontre entre Han Solo (Alden EHRENREICH) et Chewbacca (Joonas SUOTAMO) est loin d’être mémorable.

En dépit de ça, le film nous apprend comment Han a obtenu le patronyme SoloDans un premier temps, j’ai d’abord pensé à une plaisanterie… puis non il s’avère que c’est bien « pour cela » qu’on appelle Han Solo : Han Solo. D’autre part la rencontre avec Chewbacca n’est pas extraordinaire à mon goût s’avérant seulement passable. Ton œil avisé aura d’ailleurs remarqué à ce moment-là le clin d’œil à la cryogénisation du pistolero de l’espace dans l’épisode V avec le jeune Solo embourbé dans la boue grisâtre, les deux mains en l’air…

Chewbacca
Emilia CLARKE en Qi’ra … J’ai l’impression de perdre le semblant d’objectivité que j’ai mais après tout, son personnage est l’un des plus intéressant même si il est vrai que trop de mystère…tue le mystère !

… Mais efficace

Mais alors comment peux-tu avoir aimé avec tout ce que tu écris sacrebleu ? Je te rassure, je vais te dire pourquoi maintenant. Tout d’abord parce que les personnages et leurs traitements sont globalement réussis. Emilia CLARKE est splendide dans la peau de Qi’ra, une femme sûre d’elle et pleine de mystères (trop peut-être). Enfys Nest et son interprète donnent un personnage très bien amené dans l’histoire, tandis que la droïde L3 fait figure d’ambassadrice pour la lutte des droits des robots esclaves qu’on pourrait assimiler plus globalement aux combats menés par les femmes en ce moment dans l’industrie du cinéma. Quant au héros principal, le rôle le plus casse-gueule de la décennie revenait à Alden EHRENREICH. S’il reste assez banal dans la première partie de l’histoire, je trouve que Solo et par conséquent le jeu d’EHRENREICH, gagne en confiance sur la fin pour proposer quelque chose de tout à fait honnête loin de la catastrophe pressentie par certains.

Solo critique Solo a star wars story critique avec du recul blog avitique
Outre cette photo beaucoup trop numérique, la séquence du train est la plus réussie du film.

Côté réalisation, la meilleure séquence est de loin celle de l’abordage du train en montagne. Originale et inédite dans un Star Wars, j’ai beaucoup aimé cette scène qui introduit également les capacités des personnages de Val et Rio. Dommage que le l’histoire ne les respectent absolument pas par la suite… HOWARD ajoute également sa petite touche en proposant des plans intéressants lors de scènes d’actions bien que le film soit globalement assez sombre et souvent monochrome : Tout bleu sur Corellia, tout jaune lors de la rencontre avec Lando, tout gris lors de la fameuse traversé de Kessel ou encore tout sable sur la dernière planète… Pourquoi pas, mais rien d’extraordinaire.

Solo critique Solo a star wars story critique avec du recul blog avitique
Solo est globalement assez sombre notamment grâce à de nombreux environnements monochromes qui, loin d’être moches, ne sont pas non plus éblouissants.

Enfin, j’ai plutôt bien apprécié le travail de John WILLIAMS qui réussit à accompagner le film d’une jolie manière avec des compositions entraînantes quand il le faut.

 

AVEC DU RECUL …
Solo : A star Wars Story
m’a donc globalement séduit dans le sens où en tant que film indépendant de l’univers, Ron HOWARD rend une copie honnête. Avec des scènes d’actions appréciables et des surprises scénaristiques bienvenues, Solo fait le job. Néanmoins en creusant un peu plus, je ne peux que regretter l’ellipse qui aurait méritée beaucoup plus d’attention au vu de ce qu’il s’y passe. D’autre part l’histoire reprend un à un les éléments connus évoqués par le Solo d’Harrison FORD pour les justifier au fur et à mesure. Certaines explications sont donc passables mais d’autres font grincer des dents à l’image de l’origine du nom de Han ou de la provenance originel toujours inexpliqué de ces deux fameux dés. En somme, Solo est un bon divertissement, loin d’être honteux (!) sur lequel il ne faut simplement pas attendre plus qu’un bon moment dans la galaxie lointaine, très lointaine.

note Solo : A Star Wars story critique solo avec du recul blog avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)