PREAMBULE : Cet avitique ne contient aucun spoiler, tu peux lire tranquille … Retrouve moi sur Facebook juste làet aussi sur Instagram !

EN BREF :
Placé comme tu as pu le voir à la 7ème place de mes attentes 2018, 12 Strong en VO est adapté du roman de Doug STANTON paru en 2005. Traitant d’un des faits les plus marquant de ce début de XXIème siècle, Horse soldiers se paye surtout le luxe d’afficher Chris HEMSWORTH en protagoniste principal. Une idée marketing bien pensée qui permet implicitement d’attirer un public plus large que ne l’aurait fait l’histoire vraie. Réalisateur sans expérience notable, Nicolai FUGLSIG ne commence par un scénario des plus abordable à mettre en scène. Néanmoins cette « declassified true story » possédait un aspect extraordinaire avec la présence des chevaux, qui offraient ainsi de réelles possibilités en termes d’action…

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong

LE PITCH :
Au lendemain des attentats du 9/11, la CIA et les forces spéciales américaines décident de former une équipe pour intervenir au plus vite en Afghanistan. Tous concernés et bouleversés par ce qu’il vient de se passer, le capitaine Mitch Nelson et ses hommes sont déterminés à partir au grand dam de leur famille respective. Sur place ils vont devoir collaborer avec le général afghan DOSTUM, seigneur de guerre et opposant des talibans. Avec cet ennemi commun, les deux forces armées aidées par leurs chevaux vont devoir réussir à s’entendre pour venir à bout de l’organisation qui tyrannise entre autres les communautés ouzbèkes du pays.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Une mise en situation correcte

L’histoire débute classiquement en nous présentant les futurs héros au sein de leur foyer peu de temps avant les attentats. Le jour J, le réalisateur choisit de nous exposer les réactions de plusieurs d’entre eux lors de l’annonce du drame afin de comprendre le choc éprouvé. Bien que cela soit un peu trop vite expédié, ces scènes constituent les bases de toute l’histoire qui va suivre et devenir en partie la clef de leur succès. Evidemment le sentiment patriotique très prononcé de l’américain est déjà bien connu, mais il est ici décuplé par les événements et la profonde volonté des soldats d’agir au nom de leur drapeau et des victimes. Il était fondamental pour le film de réussir cette entrée en matière car c’est ce qui allait rendre crédible ou non la suite des événements.

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Si C. HEMSWORTH en tête d’affiche implique forcément un personnage omniprésent, il est dommageable que ce soit au détriment d’autres soldats.


Une cohésion d’équipe trop en retrait malgré une prise de position intéressante

Cependant, le film ne prend que trop peu le temps de s’attarder sur les membres de l’unité spéciale. Evidemment le capitaine Nelson (C. HEMSWORTH) est le leader du groupe en tout point de vue et monopolise presque la caméra. Ainsi, hormis le doyen de l’opération et le soldat sympathico-lourdaud, les 9 autres restent très/trop discret. Une erreur selon moi, car même si la présence de l’interprète de Thor oblige (malheureusement) cette focalisation sur son personnage, le film aurait énormément gagné à nous présenter un groupe plus complet et davantage soudé. Le titre original parle des « 12 robustes » or le film sépare le groupe en deux à un certain moment afin de simplifier les échanges entre les soldats. Une facilité scénaristique qui rend difficile le développement de cet esprit d’équipe qui aurait dû être bien plus présent dans les relations des personnages.

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Le film n’est pas foncièrement passionnant dans toute sa première moitié

D’autre part la présence de jeunes garçons soldats est plutôt intéressante pour créer un certain attachement entre les américains et leurs jeunes alliés afghan, cependant cela sonne un peu faux en raison des scènes légèrement clichées qui illustrent ces relations. Dans le même ordre d’idée, le général Dostum interprété par Navid NEGAHBAN (futur Jafar de l’adaptation live d’Aladin de Guy RITCHIE) établit un lien intéressant entre ses hommes et ceux du capitaine Américain. Outre ses talents de guerriers, ses propos démystifient la surpuissance souvent enjolivée des soldats US au cinéma. De plus, il est lucide sur la situation et lui rappelle qu’ici, ils sont tous des hommes similaires venus se battre, à la différence que pour éviter qu’un seul américain soit blesser, 100 de ses hommes serait tuer. Car l’armée américaine est symbole de puissance en maîtrisant les airs certes, mais ce n’est pas le cas sur terre.

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Les explosions des bombardements sont surement authentiques et impressionnes.


Un spectacle inégal

Horse Soldiers déroule son sujet avec un rythme assez lent, car même si l’on retrouve deux-trois scènes d’action où les américains bombardent depuis les airs des groupes de talibans, cela reste au final assez « plat » et monotone à observer. Les 3 premiers quarts du film ne sont donc pas trépidants et ne sont pas aidé par l’environnement. Il est vrai que malgré les efforts du réalisateur suédois, l’Afghanistan n’offre pas un spectacle extraordinaire vue du ciel, ainsi les plans d’ensemble n’offrent rien de vraiment esthétique. En revanche lors des bombardements, je ne peux que reconnaître l’aspect impressionnant des énormes explosions et immenses traînées de fumée qui recouvre alors tout le plateau.

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Le général Dostum (actuel vice-président de l’Afghanistan) apporte une vision très intéressante sur la position des américains dans le conflit.

Heureusement la grande opération finale relève le niveau et les chevaux jouent enfin un rôle plus déterminant qui justifie de justesse le titre du film. La séquence, bien qu’un peu simpliste dans ses enjeux, est très travaillée, rythmée et réellement impressionnante à voir. Seul bémol, le leader taliban, soit la cible principale à éliminer du film, est très mal gérer. Il ne fait que de la figuration afin de nous rappeler que « hé ho regarde c’est moi le vilain, je suis toujours là et je fronce les sourcils » mais ne sert à RIEN.

Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Les chevaux, qui donnent quand même le titre au film, ne sont qu’anecdotiques avant la séquence finale très réussie.

 

AVEC DU RECUL …
Horse Soldiers
n’est pas un mauvais film loin de là mais s’apparente à une petite déception pour ma part. Avec une histoire si incroyable et l’association chevaux – soldats, je m’attendais réellement à des scènes bluffantes mais qui n’auraient été au final que fiction et donc en désaccord avec la réalité. Je ne reproche donc évidemment pas cela à FUGLSIG mais je regrette le manque de cohésion et de lien entre les membres de l’escouade. Ici seul 4-5 hommes sur les 12 sont mis en avant à l’écran et je n’ai donc pas retrouvé cette unité, cette force commune dans cette opération mémorable qu’ils ont mené ensemble. En somme, même si le final et certaines prises de position sont réussies, les manques sont trop importants et peinent à ramener l’équilibre afin d’en faire un vrai bon film…

note Horse soldiers critique avec du recul blog avitique 12 strong
Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)