PREAMBULE : Je tiens à remercier les cinémas L’Alhambra et Le Camion Rouge de Saint-Etienne, qui m’ont permis d’assister à la séance de ce film. Retrouve leur page Facebook ici ! Et retrouve aussi la mienne juste là !
En outre, cet avitique ne contient aucun spoiler, tu peux lire tranquille …

EN BREF :
Comme je l’avais déjà abordé dans mon avitique sur 24H Limit, les films d’actions n’ont jamais fait partie des films que j’affectionne le plus. Avec The Passenger je relève donc à nouveau le défi mais cette fois-ci avec un spécialiste de l’exercice : Liam NEESON. Néanmoins en découvrant son résumé il y’a quelques semaines, le lien entre celui-ci et le scénario de Non-Stop était un peu trop flagrant à mon goût. En effet à la différence du lieu du huis-clos, Train pour l’un, Avion pour l’autre, l’idée se ressemble beaucoup. Même si je n’ai pas eu l’occasion de voir ce dernier en 2014, il était également réalisé par Jaume COLLET-SERRA, auteur du thriller Esther et de Instinct de Survie avec Blake LIVELY. Par ailleurs sa collaboration avec NEESON semble être une évidence désormais puisque c’est la 4ème fois qu’il fait appel à l’irlandais après Sans identité en 2011, Non-Stop et Night Run en 2015.

The passenger critique avec du recul blog avtique the commuter

LE PITCH :
Michael MacCauley mène une vie paisible et heureuse avec sa femme et son fils qui envisage de rentré à l’Université. Loin de roulé sur l’or, une triste annonce au sein du travail de Michael va tout bouleverser et certainement compromettre les études de son fils. Mais s’il se rend à son boulot chaque jour en train, son voyage retour va cette fois-ci s’avérer bien différents de ceux des 10 dernières années. Après avoir rencontré une mystérieuse inconnue lui promettant beaucoup d’argent, il se retrouve contraint à retrouver un passager inconnu détenteur d’une information cruciale. Si l’opération va prendre des proportions bien plus grandes que n’aurait pu l’imaginer l’ancien policier, c’est la vie de plusieurs innocents qui va entrer en jeu voire même celles de sa propre famille…

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Simple et efficace

S’ouvrant sur une longue scène de contextualisation de la situation familiale de Michael, le film fait preuve d’efficacité dans ce qu’il cherche à nous montrer. Alternant haut et bas dans une agréable routine qui leur convient, la séquence, par le biais d’un montage intéressant, fait aisément comprendre les liens forts qui unissent les 3 MacCauley. Des valeurs qui seront nécessaires à la suite de l’intrigue et qui malgré leur aspect cliché pour un film du genre, sont bien introduites et exploitées.

The passenger critique avec du recul blog avtique the commuter
Vera FARMIGA (Bates Motel) s’amuse une nouvelle fois de son regard énigmatique… 

Jaume COLLET-SERRA fait donc pour quatrième fois appel à Liam NEESON qui à 65 ans répond toujours à l’appel de l’action. Dans la peau d’un ancien policier de 60 ans, son personnage accuse le coup des années d’expérience et n’est pas invincible au corps à corps contre un adversaire plus jeune. Une vulnérabilité qui donne un peu de crédibilité au héros… Un élément plutôt rare au sein de ce genre de long-métrage qui ne se préoccupe que rarement de cet aspect. A propos des scènes d’actions justement, l’espace restreint des wagons de train limite en théorie les mouvements de caméra et aurait tendance à favoriser les cut à foison. Néanmoins le réalisateur en a décidé autrement et lors des instants sportifs, il nous offre des plans séquences dynamiques et très appréciables (bien qu’ils soient surement truqués).

1415237.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Les scènes d’actions sont parfois un peu trop extravagantes mais … Arf…c’est le jeu !

Un scénario en demi-teinte

Ne désirant naturellement pas trop s’attarder sur une histoire complexe qui freinerait l’action, le film se laisse aller à quelques facilités. En effet, beaucoup d’éléments sont intelligemment passé sous silence pour ne pas en savoir plus que Michael, mais à l’issu du long-métrage, certains « ils » n’ont toujours pas d’identités. Par ailleurs l’objet que doit trouver le protagoniste dans le sac du passager n’est pas vraiment expliqué et ne constitue rien d’extraordinaire au final. En somme je trouve que le principe de placer le spectateur dans une totale ignorance comme le héros est une idée qui, au-delà d’être bonne, est nécessaire à ce genre de film. Néanmoins certaines choses restent quand même un peu trop en suspend une fois que le générique apparaît.

The passenger critique avec du recul blog avtique the commuter
Patrick WISLON est vraiment un bon acteur malgré son rôle secondaire ici.

Au-delà du scénario et de son aspect tantôt prévisible, tantôt surprenant, la dernière partie du film part réellement dans un niveau supérieur en termes d’action… Bien que j’ai trouvé très surprenant le fait que wagon ne parte pas en tonneau lorsqu’il glisse sur les rails, je dois avouer que j’ai apprécié cette séquence. Alors oui, un aspect « toujours plus » peut s’en dégager et gêner certains qui seraient à la recherche de plus de rationalité. Mais pour ma part je trouve que cela est bien fait dans The Passenger et n’est pas trop perturbant.

The passenger critique avec du recul blog avtique the commuter
Pour un papy de 60 ans, il est pas si coincé que ça !

 

AVEC DU RECUL …
The Passenger ressemble sans doute une nouvelle fois à tous ces films d’actions qui me laisse souvent de marbre. Néanmoins avec quelques bonnes idées, COLLET-SERRA propose une œuvre plutôt sympathique. NEESON reste le champion dans ce genre de rôle et il est amusant de retrouver le duo Vera FARMIGAPatrick WISLON, célèbres interprètes du couple WARREN dans la saga Conjuring. Enfin, même si certains seront refroidi par la démesure du dernier quart de l’histoire, j’ai trouvé toutes ces scènes d’actions réussies. Le tout donne in fine une œuvre divertissante.

The passenger critique avec du recul blog avitique The Commuter

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)