PREAMBULE : Cet avitique ne contient aucun spoiler, tu peux lire tranquille … Retrouve moi sur Facebook juste làet aussi sur Instagram !

EN BREF :
Grand adepte des biopics sur les Hommes célèbres de l’Histoire, l’arrivée de « Darkest Hour« , de son titre original, m’intéressait fortement. Dans la continuité des événements de Dunkerque exploités par NOLAN en 2017, Joe WRIGHT (Orgueil et Préjugés) nous livre un tout autre point de vue de l’opération Dynamo. Après avoir observé l’opération dans les faits (Dunkerque), nous avons la possibilité de découvrir la façon dont elle a été mise en place par son instigateur : CHURCHILL. Interprété par un acteur que j’affectionne tout particulièrement, Gary OLDMAN (Harry Potter, trilogie du Dark Knight), le film avait tout pour être grandiose. En effet, qui dit Grand Homme, dit grand film à mes yeux… et j’aime le cinéma dans sa capacité à créer de l’émerveillement devant des personnalités qui ont marqué l’Histoire d’une manière ou d’une autre, en bien ou en mal. Néanmoins, comme l’a prouvé ma légère déception avec Dunkerque, un papier aussi parfait qu’alléchant ne signifie pas forcément le coup de cœur …

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours

LE PITCH :
En mai 1940, Winston CHURCHILL est nommé Premier ministre à contre-cœur par ses pairs. En pleine Seconde Guerre mondiale, il n’y pas pire moment pour un Homme que d’arriver au pouvoir dans un tel contexte. Alors que tombent successivement le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Belgique, la France est elle aussi sur le point de céder, offrant alors à Hitler une domination sur toute l’Europe continentale. Sous la menace de voir leur île bientôt envahie et bombardée, CHURCHILL ne peut pas concevoir l’idée d’entamer de quelconques pourparlers avec l’Allemagne Nazi et reste ainsi le seul à croire encore à la victoire …

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Un GRAND Homme, un GRAND FILM

Comme je l’évoquais en introduction, j’attends de ce genre de film qu’il impose au public une forme de respect ou une sorte de fascination devant de tels personnages. Et si pour moi le travail de NOLAN dans Dunkerque pêchait dans ce domaine, WRIGHT y parvient d’une bien belle manière. Les Heures sombres est un très beau film sur le plan visuel et ce grâce à divers facteurs.

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours
Gary OLDMAN est méconnaissable.

Tout d’abord, le travail de la lumière est en corrélation avec le titre du film. Très souvent naturel, on retrouve un éclairage blanchâtre tout droit sortie des fenêtres qui s’apparenterait presque parfois à une poursuite d’un spectacle. Cette mise en scène très orientée noir et blanc somme toute, est particulièrement visible dans la Chambre des communes, lors des rencontres entre le Roi et son Premier ministre ou même lorsque ce dernier nous est montré seul en pleine réflexion. Outre ce clair-obscur omniprésent, WRIGHT surprend le spectateur en éclairant soudainement son personnage avec la seule couleur rouge … Une scène clef de l’histoire dont l’importance et la gravité nous est transmise via cette éclairage effrayant et paradoxalement froid, en raison de sa source.

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours
Les différents cadrages de WRIGHT sont tous très pertinents.

En dehors de cette belle lumière continuelle, le cadrage de WRIGHT est délicatement réalisé. Proposant régulièrement de grands angles de vue nous permettant d’observer quasiment toute la pièce de la scène, à l’image du palais de George VI, le réalisateur n’opte que rarement pour des plans rapprochés lors de scènes où plusieurs personnages sont présents. D’autre part, on retrouve également des plans zénithaux à quelques reprises, par exemple pour survoler la Chambre des communes et ses quelques 650 députés, ce qui donne tout cette puissance que j’aime voir dans un film de cet envergure. Les événements que le Premier ministre, le pays, le monde, traversent sont sans précédents et la réalisation de WRIGHT dépeint bien cela.

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours
Les jeux de lumières sont magistralement orchestrés.


Métamorphose 
et casting

On notera également de beaux morceaux de la part de Dario MARIANELLI, déjà lauréat du Golden Globe et Oscar de la meilleure musique pour « Reviens moi » en 2008, déjà réalisé par WRIGHT. Mais ce qui marque le plus au cours des 2 heures de visionnage est la performance de OLDMAN… Méconnaissable grâce au travail de l’expert en prothèse Kazuhijo TSUJI, celui que l’on appelait Sirius Black se livre à une métamorphose totale. De sa posture à sa démarche en passant par ses manières, l’acteur est bluffant dans la peau de ce personnage si antipathique en apparence. Une prestation remarquée qui lui a d’ailleurs valu le Golden Globe de Meilleur acteur dans un film dramatique lors de la 75ème cérémonie déroulée début janvier.

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours
Après un premier Golden Globe, c’est peut-être l’année ou jamais pour les statuettes… L’ancien James Gordon ne recense qu’une seule nomination aux Oscars en 35 ans de carrière…

D’autre part, j’ai trouvé intéressant le personnage de Clémentine HOZIER, son épouse, interprétée par Kristin SCOTT THOMAS. Discrète dans l’histoire et ses apparitions, chacune d’elles est néanmoins constructive et représente une réelle source de (re)motivation pour son mari. Leur relation semble ainsi assez amusante et solide sans que le film ne s’y attarde réellement. Enfin, Ben MENDELSOHN (Rogue One et bientôt à l’affiche de Ready Player One), sous les traits du Roi bègue George VI, est auteur d’un jeu tout en retenue en raison de ses à priori envers CHURCHILL. Un choix qui fait du monarque un personnage intrigant en lui-même mais également au cours de ses échanges avec Winston causé par la nature de ces deux hommes hors du commun … (Cf : Le discours d’un Roi)

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours
Une complicité forte est perceptible dans le film au sein du couple.

 

AVEC DU RECUL …
Les Heures sombres
répond avec succès aux attentes que je plaçais en lui. Joe WRIGHT nous propose une réalisation en totale adéquation avec la teneur des propos et des enjeux du film. Grand dans ses prises de vues et sa mise en valeur du Premier Ministre, le réalisateur n’hésite pas non plus à le caricaturer en un vieux politicien aigre, rabougri et un peu fêlé sur les bords. Un portait de ce grand homme qui s’équilibre et prend tout son sens grâce à la performance saisissante de Gary OLDMAN. En somme « Darkest Hour«  est un très bon film qui nous montre encore une fois que le monde aurait pu être bien différent si certaines personnes n’étaient pas arrivées au bon endroit, au bon moment…

PS : on espère que c’est le rôle qui fera enfin briller OLDMAN aux Oscars ! Rdv donc début mars …

Les Heures sombres critique avec du recul blog avitique Darkest Hours

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)