PREAMBULE : Cet avitique ne contient aucun spoiler, tu peux lire tranquille … Retrouve moi sur Facebook juste làet aussi sur Instagram !

EN BREF :
Avec l’envie de me rendre au cinéma pour découvrir un nouveau film, j’avais vaguement entendu parler de ce nouveau film d’action. Globalement je ne suis pas vraiment adepte de ce genre cinématographique quand bien même je puisse prendre plaisir devant un James Bond. En revanche, les Mission Impossible, Jason Bourne ou autre John Wick n’ont jamais fait partie de mes franchises de prédilections. C’est donc avec la simple envie de découvrir 24H Limit que je m’installais, sans m’attendre à quelque chose d’extraordinaire.

24H Limit critique avec du recul blog avitique

LE PITCH :
Ancien tueur à gage, Trevis décide de rendre les armes quand une ultime mission lui est fatale … Ramené à la vie par le biais d’une étrange expérience, il va pouvoir délivrer une information clef qu’il avait obtenue. Mais en apprenant que sa résurrection ne durera en réalité que 24h, les enjeux vont subitement changer pour lui…

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

De la fiction je veux bien, mais un peu de crédibilité svp ?

J’ai l’impression d’avoir de plus en plus de mal avec les doublages français… Est-ce en raison de leurs piètres qualités dans ce film ? Ou simplement parce que la langue originale dénature bien moins le jeu des acteurs ? Certainement un peu des deux… Au-delà de ça le film démarrait déjà mal avec l’affichage du titre originale à l’écran « 24H To Live », et un simple sous-titre en VF en bas de l’écran. Niveau effort de post-prod pour la distribution à l’international on a connu mieux.

24H Limit critique avec du recul blog avitique
Certaines scènes d’actions sont malgré tout divertissantes.

En outre le film comme son nom l’indique dure (plus ou moins) 24h. Si évidemment les événements doivent évoluer plus rapidement pour tenir 2h, il faut bien avouer que la gestion de ces dernières 24h est particulièrement bancale. Le problème est que l’histoire s’embête avec un décompte digital ancré dans son avant-bras…  Un gadget inutile qui fait donc apparaître de nombreuses incohérences au niveau de la temporalité. Lorsque dans une scène il lui reste 16h « de vie », on le retrouve quelques minutes plus tard avec moitié moins, sans avoir suivi la moindre ellipse ou le moindre événement qui pourrait justifier un tel écoulement du temps. Ce phénomène se retrouve à plusieurs reprises et décrédibilise toute l’histoire.

24H Limit critique avec du recul blog avitique
Ce concept qui frôle le ridicule et sur lequel tout le film se base donne lieu à des incohérences répétées…


Toujours cet air de déjà vu … Qui prêterai presque à sourire

Comme je le disais en introduction, les films de ce genre ne sont jamais des coups de cœurs pour moi. Tous plus ou moins semblable, les films d’actions n’innovent que rarement et propose toujours les mêmes choses. 24H Limit ne déroge pas à cette règle et reprend ce qu’il y’a de plus cliché du début à la fin. De la situation familiale du protagoniste qui peine à réellement émouvoir en passant par des rebondissements prévisibles, rien de tout cela n’est foncièrement original. Mention spéciale pour le grand méchant interprété par Liam CUNNINGHAM (Sir Davos – GOT) qui est le plus beau personnage sans intérêt et dont la moindre de ses répliques sonne le « déjà entendu ».

Mais le comble dans toute cette histoire n’est autre que le prénom du fils de Lin : Christophe. Fils d’une chinoise, au milieu d’un film aux noms américains (Travis, Jim, Frank, Wetzler…), alors voir soudainement un « Christophe » apparaître … WTF ? La VO l’appel Christopher, alors pourquoi l’avoir traduit de cette manière en français ?!

24H Limit critique avec du recul blog avitique
Ethan HAWKE est malgré tout auteur d’une prestation agréable en dépit d’un personnage bateau.


Ce n’est pas SI mauvais …

Outre la fin qui se veut surprenante alors qu’elle n’a au final aucun impact, la dernière scène d’action est plutôt sympa. Assez violent dans l’ensemble, 24H Limit se base sur un scénario dans le fond intéressant, mais qui n’est abordé qu’en surface et en fin de film. Loupé… un peu comme le cliffhanger que j’évoquais juste avant, car oui, les personnages ne sont pas vraiment attachants et les minutes défilent sans que l’on soit réellement concerné par ce que l’on voit.

24H Limit critique avec du recul blog avitique
Personnage intéressant mais un peu vide, Lin aurait mérité mieux.

AVEC DU RECUL …
24H Limit n’est pas catastrophique mais n’offre rien de bien intéressant en soit. Conventionnel comme je le rapproche à beaucoup de film du genre, le travail de Brian SMRZ délaisse une idée scénaristique avec du potentiel pour se concentrer au final sur des détails au sein d’une intrigue facile et peu ambitieuse. De plus, malgré des scènes d’actions sympathiques, les incohérences créées par la timeline et le stupide timer affichant les 24h, empêchent le public de crédibiliser ce qu’il voit. En somme, ce long-métrage n’est toujours pas celui qui va me réconcilier avec les films d’actions.

note 24H Limit critique avec du recul blog avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)