PREAMBULE : Je tiens à remercier les cinémas L’Alhambra et Le Camion Rouge de Saint-Etienne, qui m’ont permis d’assister à la séance de ce film. Retrouve leur page Facebook ici ! Et retrouve aussi la mienne juste là !
En outre, cet avitique ne contient aucun spoiler, tu peux lire tranquille …

EN BREF :
Sans aucune attente particulière pour ce premier film de l’année, je découvrais Downsizing sans en avoir vu la moindre image ni lu le moindre résumé. Je m’installais donc en pensant assister à une comédie divertissante et sympathique avec ce bon vieux Matt DEMON miniaturisé … 2h10 plus tard je sortais du cinéma je l’avoue, totalement surpris…

Downsizing critique avec du recul blog avitique
L’affiche américaine est bien plus plaisante que la française.

LE PITCH :
L’idéal est de ne pas le lire et de découvrir le film d’une traite… Mais si tu y tiens : Plusieurs années après que le Downsizing soit inventé en vue de réduire l’emprunte écologique de l’Homme sur Terre, Paul et sa femme décide de tenter l’expérience irréversible afin de débuter une toute nouvelle vie. Le Downsizing est un processus qui consiste lors d’une opération à réduire la taille du sujet, faisant passer un homme mesurant 1m80 à 13 cm tout juste. Résidant dans un monde à part, les « petits » ont leurs propres vies où le travail n’existe plus et il n’est question que de divertissements et plaisirs en raison d’un coût de la vie inévitablement bien moins élevé.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Des personnages réussis

Annoncé comme une comédie, l’aspect humoristique n’est finalement que peu présent et de manière parfois un peu laborieuse. Même si quelques éléments prêtes évidemment à sourire, c’est sans conteste Christoph WALTZ qui y parvient le mieux, interprète de Doucan, et qui vole la vedette à Matt DEMON dès qu’il apparaît à l’écran. En effet dans son rôle de petit contrebandier sympathique au grand sourire, celui que l’on retrouvera prochainement dans Alita : Battle Angel est tout simplement brillant du début à la fin. Pour continuer dans les bonnes surprises, comment ne pas mentionner Hong CHAU aka Ngoc Lan qui joue une vietnamienne dissidente à la vie extraordinaire… Tout simplement magique dans ce personnage sans filtre, elle interprète un femme d’une simplicité extraordinaire et pourtant totalement imprévisible dans chacune de ses répliques. De plus, avec une attitude toujours directe dans ses intentions et ses mots, elle fait preuve d’une telle légèreté que les choses les plus graves en deviennent parfois les plus drôles.

Downsizing critique avec du recul blog avitique
Christoph WALTZ m’a séduit à chacune des ses interventions.

Concernant le personnage principal Paul Safranek (dont les blagues autour du nom ne font pas vraiment rire), c’est Matt DEMON qui nous guide tout au long de l’histoire. Dans la peau d’un looser au grand cœur, son personnage bien que discret reste à mon sens un point positif. En effet, il ne fait pas que subir les événements et met à profit ses capacités d’ergothérapeute à maintes reprises. Si son parcours peut rappeler un certain Candide de VOLTAIRE, son émerveillement permanent et son enthousiasme presque un peu exagéré parfois passe plutôt bien dans ce contexte.

Une satire ambitieuse mais maladroite

Le concept de rétrécir les humains afin de limiter notre emprunte écologique est une bonne idée sur ce point et nous est présenté comme le début d’une nouvelle vie. Au final, elle donne lieu à de nombreuses séquences où finalement, la vie même à cette échelle reste celle que l’on connaît déjà tous. Ainsi, si la vie miniature se différencie de la nôtre, c’est simplement dans le sens où ce sont les opposés qui s’éloignent encore un peu plus… Sans trop en dire, la pauvreté et les inégalités sociales ne sont qu’accentuées et l’Homme en général, devant cette nouvelle vie de plaisirs, n’en devient que plus vaniteux à l’instar de Ducan.

Downsizing critique avec du recul blog avitique
Le film propose une mise en scène et quelques éléments bien pensés dans l’univers des « petits ».

Parce qu’il ne faut pas oublier que l’Homme est avant tout une créature qui, comme beaucoup d’autres sur la Terre, a pour objectif principal sa survie et son épanouissement personnel. Sans digresser sur des propos sociologiques, il est clair que la préoccupation environnementale peine à changer drastiquement les mœurs des gens. A l’image de ce que font certains gouvernements pour la réduction des émissions de Co2 de certaines entreprises, il est primordial d’encourager les gens à cela, notamment au travers de récompenses plus concrètes pour l’individu himself, . Dans Downsizing, la récompense se trouve dans la possibilité de devenir bien plus riche avec la vente de tous ses biens et le début de sa vie miniature. Une idée qui fonctionnerait certainement très bien en vrai.

Downsizing critique avec du recul blog avitique
Hong CHAU est la vraie révélation de ce film, génialissime.

Le film est donc explicite dans les propos qu’ils nous partagent et Alexander PAYNE, avec sa réalisation très simpliste, s’appuie sur des détails de mise en scène pour apporter un peu de folie. Une rose surdimensionnée, une capsule de bouteille en guise de « luge » … certains éléments sont plutôt bien pensés. Mais il est tout de même intriguant qu’ils ne croisent AUCUN oiseau, ou moustique, lorsqu’ils sont en bateau voguant aux côtés de berges aux dimensions étrangement normales devant des Hommes de 13 cm … Cela n’est pas foncièrement dérangeant mais casse légèrement l’immersion dans le monde des « petits » dans lequel le public croît se trouver. Ce qui est plus problématique en revanche c’est bien évidemment la fin qui intervient comme un cheveu sur la soupe. Si subite, elle laisse-t-à penser que c’est un cruel manque d’idée qui a conduit PAYNE à terminer son histoire de cette manière, d’autant plus que le film ne résout pas grand-chose des problématiques qu’il lance. Sans parler de conclure sur une happy ending où la planète serait sauvée, ici l’histoire nous laisse en suspens comme si un dernier acte allait débuter…

Downsizing critique avec du recul blog avitique
Matt DEMON/ Paul en bon looser intelligent n’est pas un protagoniste désagréable…. mais pas mémorable non plus.

AVEC DU RECUL …
Downsizing
est une belle et agréable surprise pour ce premier film de 2018. Mené par un Christoph WATZ génial et la révélation Hong CHAU, PAYNE nous emmène dans un monde fabuleux en apparence qui s’avère bien plus complexe en réalité. Tout en faisant preuve de plusieurs bonnes idées tout au long du film, le périple de ce Candide moderne (Paul) est très intéressant à suivre et s’appuie sur des messages forts sur lesquels il est bon d’insister. Malheureusement malgré tous ces bons points, Downsizing souffre d’une fin complètement ratée sans aucune réelle ouverture et sans la moindre réponse aux enjeux présentés.

note Downsizing critique avec du recul blog avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)