PREAMBULE : Je tiens à remercier les cinémas L’Alhambra et Le Camion Rouge de Saint-Etienne, qui m’ont permis d’assister à l’avant-première de ce film. Retrouve leur page Facebook ici ! Et retrouve aussi la mienne juste là !
En outre, cet avitique ne contient pas de partie spoiler, tu peux lire tranquille…

EN BREF :
Comme de nombreux enfants nés dans les années 90, le dessin animé Jumanji a occupé plusieurs fins d’après-midi de mon enfance. Elle était évidemment tirée du film éponyme de 1995 réalisé par le reconnu Joe JOHNSTON, avec feu Robin WILLIAMS dans le rôle principal, accompagné de Kirsten DUNST. 20 ans plus tard, Sony Pictures annonce un remake du film qui sera par la suite décris comme « dans la continuité du premier et non un reboot » par Dwayne JOHNSON. Alors Jumanji 2 ou nouveau Jumanji ? Le flou est toujours clairement présent à la sortie du film et la communication à ce sujet aurait nécessité une mise au point depuis plusieurs mois. Je reviendrai d’ailleurs sur ce point un peu plus bas… Outre ce débat, le retour de Jumanji comme tout autre nouvelle version de classique du cinéma, à l’instar d’un Ghostbusters en 2016, était-il vraiment une bonne idée ?

Jumanji bienvenue dans la jungle critique avec du recul blog avitique
La position de Jack BLACK est magnifique…

LE PITCH :
Rassemblé en retenue, 4 lycéens vont devoir nettoyer une vieille salle de l’école lorsqu’il tombe sur une cartouche de jeu-vidéo intitulé Jumanji. Ni une ni deux, les deux garçons décident de tester leur trouvaille. Contraintes de les rejoindre, les deux filles sélectionnent à leur tour leur personnage, lorsqu’ils sont subitement tous aspirés par le jeu. Désormais au milieu de la jungle, Spencer est désormais le Dr Bravestone, Fridge est le cartographe Moose Finbar, Martha est la belle Rudy Roundhouse, et Bethany est … le zoologiste Shelly Oberon. Dans la peau de héros du jeu aux aptitudes toutes différentes, ils vont devoir sauver Jumanji s’ils veulent retrouver leur vie réelle tout en faisant attention au Game Over…

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Et bé la belle surprise mon poulet !

Avec The RockDwayne JOHNSON – en tête d’affiche, il est possible d’avoir un bel indice sur la tonalité du film. En effet je craignais de me retrouver face à un copier-coller de Voyage au Centre de la Terre 2 (2012). Au final, si l’acteur des F&F continue de nous jouer toujours son personnage de la même manière… y’a que son prénom qui change d’un film à l’autre après tout, le groupe de héros est plutôt sympa à suivre ! La relation qui s’installe entre les 4 personnages du jeu est bien montée et fonctionne bien. Tout cela est d’ailleurs alimenté par les forces et les faiblesses liées au personnage qu’ils ont choisi en début de partie. Par exemple, Si Rudy maîtrise les arts martiaux, le venin de serpent peut la tuer… Ou encore, si Moose ne peut pas manger de gâteaux, il a la capacité de lire les cartes. Oui c’est sûr c’est plutôt étrange comme caractéristiques dans un jeu vidéo je te l’accorde, mais là est la force de ce Jumanji : son humour.

Jumanji bienvenue dans la jungle critique avec du recul blog avitique
Dwayne JOHNSON n’est jamais aussi bon que quand il se parodie lui-même…

Réalisé par Jake KASDAN, il était presque évident que son travail se tourne davantage du côté comique qu’aventure ultra sérieuse. On lui doit notamment Sex Tape (2014) et Bad Teacher (2011) ou l’humour, généralement en dessous de la ceinture, est l’objectif principal du long-métrage. Il n’est donc pas étonnant de retrouver cette atmosphère dans ce Jumanji qui est donc indéniablement plus comique que son frère aîné. Jack BLACK (King Kong – 2006) est tout simplement génial dans ce personnage de fille au corps d’homme, l’humoriste Kevin HART nous fait rire pas ses réactions et ses mimiques qu’on lui connaît et Karen GILLAN (Les Gardiens de la Galaxie) joue son rôle à fond. On notera aussi la présence de Nick JONAS qui malgré son utilité dans l’histoire, ne peut trouver sa place face aux 4 calibres qui l’entoure. Le film est donc tout simplement très drôle avec des dialogues bien écrits et des situations certes prévisibles, mais si bien jouées qu’elles décrocheront forcément au moins un sourire au plus têtu de la salle.

Jumanji bienvenue dans la jungle critique avec du recul blog avitique
Jack BLACK dans le rôle de Bathany, elle-même dans le corps de Shelly le zoologiste… Un régal.

Quelqu’un a retenu son nom ?

L’univers du jeu vidéo est repris dans le scénario du début à la fin, ce qui rend le film encore plus prévisible dans ses péripéties… du moins à la base car finalement, la mise en scène et les situations de chaque épreuve sont souvent impressionnantes et dynamiques, ce qui nous empêche clairement de penser à la suite. Néanmoins, la présence du grand méchant qui veut dominer Jumanji – enfin je crois (?) on ne sait pas vraiment ce qu’il veut en fait, même lui ne l’explique pas – est futile ô possible. Si le personnage de John Bardon dont personne ne retiendra le nom reste bien interprété par Bobby CANNAVALE (Ant-Man), il n’a aucun intérêt dans l’histoire face aux autres personnages et toutes ses interventions sont sans grand intérêt. À l’exception d’un tout petit instant lors du climax, le danger ne vient jamais de lui pour les héros et il est sans hésitation le plus beau raté du film.

Jumanji bienvenue dans la jungle critique avec du recul blog avitique
Nick JONAS ne fait pas le poids face à ses compères et peine à exister.

Alors Jumanji 2 ou reboot ?!

Un petit débat mérite d’être clarifié. Si en apparence il n’a rien d’une suite puisqu’il fait appel à de nouveaux personnages avec une mise en scène de jeu vidéo et plus de jeu de société, Bienvenue dans la Jungle est bel et bien une sorte de suite davantage qu’un reboot. D’abord car l’histoire du premier film se déroulait en 1995 et c’est en 1996 que débute l’histoire de ce Jumanji, la timeline est donc plutôt cohérente et crédibilise cette idée de sequel. D’autre part, à la fin du film du réalisateur de Jurassic Park 3, les deux enfants jettent la boite du jeu dans la rivière afin de s’en débarrasser. La scène d’ouverture du film de 2017 où Jumanji est donc (re)découvert nous laisse imaginer que c’est donc le cours d’eau qui l’a ramené jusqu’ici … Mais c’est tout de même un peu tordu. Vos conclusions inspecteur ? Il s’agirait bien là d’une suite mais très peu liée à son prédécesseur. Le flou qui entoure la question est également dû au sous-titre totalement inutile du film qui ne fait finalement que semer le doute. Malheureusement, cette tendance est à la mode ces dernières années, comme quoi les Américains n’ont pas que des bonnes idées.

Jumanji bienvenue dans la jungle critique avec du recul blog avitique
De nombreux effets lors de scènes d’actions sont assez… repoussants, il faut le dire.


AVEC DU RECUL …
Jumanji : Bienvenue dans la Jungle
est donc une belle surprise de fin d’année. Le casting correspond parfaitement à l’esprit du film qui se veut drôle et dynamique du début à la fin. Jake KASDAN réussit à garder son film à l’équilibre entre l’humour et l’action-aventure, ce qui nous fait passer un bon moment dans cette jungle visuellement bien travaillée, en dépit de quelques éléments de décor qui font bien trop factices pour être crédibles. En somme, malgré ce méchant aussi incompris qu’inutile, cette « suite » de Jumanji est bien plus réussie que je n’avais imaginé … Il est parfois bon de se tromper !

note Jumanji 2 critique avec du recul blog avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)