PREAMBULE : Je tiens à remercier les cinémas L’Alhambra et Le Camion Rouge de Saint-Etienne, qui m’ont permis d’assister à la séance de ce film. Retrouve leur page Facebook ici ! Et retrouve aussi la mienne juste là !
En outre, cet avitique ne contient pas de partie spoiler, tu peux lire tranquille…

EN BREF :
Comme nombre d’entre vous, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre a marqué ma jeunesse par ses scènes et répliques culte. Un bijou de notre cinéma (cocorico) que l’on doit à Monsieur Alain CHABAT, figure emblématique de l’humour français sur grand (et petit) écran. Son dernier long-métrage remontait à 2012 avec Sur la piste du Marsupilami, un film sympathique mais pas si marquant que cela « avec du recul » (hihi). En revanche, on avait pu entrevoir avec la mise en scène de la bébête jaune le goût de CHABAT pour des films, et plus précisément des comédies, qui innovent. D’un point de vue technique, la version live du Marsupilami et son succès mitigé, qui avait coûté près de 40 million d’euros, nous proposait des effets spéciaux inédits pour un film français. Dans Santa & Cie, le budget avoisine les 22 millions, dont 5 réservés aux effets visuels ! Alors cette volonté de produire un cinéma comique si onéreux est-elle vraiment une bonne idée de la part d’Alain CHABAT ? Réponse juste en dessous…

Santa & Cie affiche critique avec du recul blog avitique
Une production française qui pourrait sans problème s’exporter outre-Atlantique.

LE PITCH ?
Quelques jours avant Noel, les 92 000 lutins de Santa Claus tombent subitement malades. Pris par l’urgence de la situation, le Père Noel n’a d’autre choix que de se rendre parmi les Hommes afin de trouver une solution au plus vite. Malheureusement pour lui, il va apprendre à ses dépens que la Terre n’est pas aussi paisible qu’il l’imaginait, et sa quête d’un remède pour soigner ses lutins et sauver Noël va être parsemée d’obstacles…

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Des personnages attachants

Commençons tout d’abord par le petit casting qui réussit à mélanger avec brio l’expérience des « tauliers », la fraîcheur de la génération Internet, et l’innocence des jeunes enfants. Tout d’abord, CHABAT et Audrey TAUTOU (bien que dans un rôle très secondaire à l’image) posent les bases du film en étant aussi géniaux l’un que l’autre. Le réalisateur de 59 ans est par ailleurs tout sauf un vieux réac en invitant (mes petits protégés) Grégoire LUDIG et David MARSAIS du Palmashow, toujours aussi géniaux eux aussi, à prendre part au projet. Un duo d’humour né sur Internet qui n’est pas sans rappeler les débuts de CHABAT avec les Nuls. Une volonté de sa part d’associer son film à des comédiens de la nouvelle génération afin de toucher un public plus large encore. Côté personnage, on découvre aussi la belle franco-iranienne Golshifteh FARAHANI (Amélie) et Pio MARMAI (Thomas) dans le rôle de son mari. Un duo attachant à l’alchimie attendrissante, parents de deux petits enfants brillamment castés. Tara LUGASSY et Simon AOUIZERATE dans les rôles de Maëlle et Mathis sont les plus belles surprises de ce film. Sincères, naturels et authentiques, le duo d’enfants fonctionne à merveille pour donner la réplique au Père Noël.

Santa & Cie alain chabat critique avec du  recul blog avitique
Oui, le Père Noël est vert !! Merci Alain.

Un Papa Noël qui ne se trompe pas de cheminée

Alain CHABAT nous présente ainsi sa version de Santa Claus, complètement perdu dans un monde qu’il croyait pourtant bien connaître. Dans sa tunique verte, (et pas rouge ! Merci !) il campe un Père Noël candide ô possible, ce qui donne lieu à des situations surréalistes et très sympathiques. Je pense notamment à un passage où le couple Amélie-Thomas tente de lui expliquer la notion de l’argent dans le processus de l’achat/vente. Une séquence pleine de sens, presque lunaire, qui nous fait sourire devant cette amusante innocence.

Santa & Cie alain chabat critique avec du  recul blog avitique
La découverte du monde réelle n’est pas sans surprise pour Santa… Jean-Pierre BACRI en est ici la preuve.

L’ancien interprète de César sait donc où il veut emmener son public avec des dialogues à l’humour très bateau certes mais qui fonctionne très bien pour ma part. Tout le monde connait déjà la patte CHABAT après tout. Mais cet univers, bien que berçant les péripéties d’une comédie, s’articule sur des effets spéciaux de très bonne facture qui font plaisir à voir dans un film français (laissons Valérian de côté). Sans trop en abuser, le film s’embellit du début à la fin grâce à ses effets qui nous offrent l’opportunité de voir le traîneau de Santa atterrir sur le toit du Moulin Rouge ou encore l’impressionnant atelier des 92 000 lutins, un lieu ultra coloré nous présentant la conception des divers cadeaux au travers de machines incroyablement bien pensées.

Santa & Cie alain Chabat critique avec du  recul blog avitique
Simon AOUIZERATE et Tara LUGASSY sont touchants et vraiment très doués…

Un peu de charbon parmi les cadeaux

Si globalement comme tu t’en doutes à ce niveau de ta lecture, Santa & Cie est un bon film, deux éléments viennent toutefois ternir légèrement la fête. Tout d’abord, la musique qui, composée par Matthieu GONET, passe inaperçue durant tout l’histoire. Pourtant qui dit film de Noël dit musique chaleureuse et entraînante … Pourtant aucune composition ne reflète vraiment l’esprit du film. Un thème assez léger et joyeux, à l’image de l’esprit de Santa aurait été le bienvenu. Pour terminer, la fin de l’histoire s’amorce d’une manière un peu trop simpliste à mon goût en dépit de sa dernière scène amusante. CHABAT n’insiste pas sur le tout est bien qui finit bien, une bonne chose, mais il laisse alors son histoire se terminer peut-être presque un peu trop rapidement.

Santa & Cie Alain Chabat critique avec du recul blog avitique
Le duo du Palmashow est une nouvelle fois parfait… #Olivier


A
VEC DU RECUL …
Santa & Cie aurait pu être une belle catastrophe ou bien un simple bon film à l’image du Marsupilami. Mais Alain CHABAT nous propose ici une histoire que lui seul pouvait écrire avec un thème ô combien connu. De plus, le sujet du Père Noël ayant été traité des centaines de fois, sa touche personnelle se devait de ressortir dans son 5ème film plus que dans n’importe quel autre. Mission accomplie pour le comédien qui réussit à nous amener dans un univers très travaillé et créatif en ce qui concerne l’atelier du Père Noel, mais également à s’entourer de multiples acteurs talentueux. En somme, Santa & Cie est une très belle œuvre de M. CHABAT qu’il est bon de découvrir au cours de l’une de ces froides soirées d’hiver.

Santa & Cie Alain CHABAT critique avec du recul blog avitique
Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)