PREAMBULE : Cet avitique ne contient pas de partie spoiler, tu peux lire tranquille…

EN BREF :
Classé à la troisième marche du podium de mes attentes de 2017, ce nouvel opus de la famille DC est le plus important puisqu’à l’instar d’Avengers en 2012, il s’agit du premier film collectif pour l’univers. Si tu ne lis pas régulièrement mes petits articles, tu ne sais évidemment pas que mon cœur cinéphile penche pour le DC Universe, n’en déplaise aux divertissantes productions Marvel. J’explique ce penchant en raison du côté très sombre, très sérieux, avec des thématiques réfléchies, que Zack SNYDER a su apporter à la licence depuis Man of Steel jusqu’au fameux Batman VS Superman. Un aspect qui lui a causé de nombreuses critiques mais qui, personnellement, me convient parfaitement et s’oppose justement à l’esprit global de son plus gros concurrent le MCU. Il est donc temps de découvrir ce 5ème film qui n’avait plus trop le droit le droit à l’erreur…

Justice League critique avec du recul avitique blog

LE PITCH :
Quelques jours après la mort de Superman, Diana et Bruce activent leurs recherches dans l’idée de regrouper ces autres individus aux capacités hors du commun. Finalement concernés par une menace commune à tous, Flash, Aquaman et Cyborg vont tour à tour se joindre au trio afin de tenter de mettre fin aux agissements du surpuissant Steppenwolf

 

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?

Une transition nette et (pas) sans bavures

Si Batman Vs Superman (=BvS) a fait couler beaucoup d’encre notamment en raison de son scénario assez complexe et long à mettre en place, ce ne sera pas le cas de Justice League. En effet Joss WHEDON et Chris TERRIO nous propose ici une histoire bien plus simple ou les péripéties s’enchaînent rapidement sans s’égarer dans des futilités. Une transition pour le moins assez radicale entre les deux films qui m’a légèrement surprise mais qui j’en suis presque sûr… apporte plus au film qu’il ne lui en enlève. Bien que mis de côté comparé à Batman Vs Superman, l’aspect très sombre du film et des personnages reste remarquable tout au long de l’histoire, chose à laquelle j’adhère complètement. En revanche, oubliez la psychologie des héros, de la société, ou l’intérêt porté aux médias, désormais, on se concentre sur l’action et la formation de cette ligue des justiciers.

Justice League critique avec du recul avitique blog
Les 4 fantas… ah non pardon.

SNYDER insufflait à l’univers DC une atmosphère ô combien sérieuse, grave notamment avec la mystification des héros pour l’Homme. Mais après avoir brutalement perdu sa fille, le réalisateur laisse les reines à Joss WHEDON qui ne possède pas tout à fait la même vision… Le problème de ce featuring de réalisation imprévue, c’est qu’il nous donne deux tonalités différentes pour un film qui est sensé poser les bases de la Justice League. Alors forcément, c’est un peu bancal.

D’autre part Marvel devance à nouveau DC à plusieurs reprises. Le design de Steppenwolf  (Ciarán HINDS) n’est pas sans rappeler celui de Surtur rencontré dans Thor : Ragnarok il y a quelques semaines… Dans un autre domaine, la relation entre Flash – le jeune immature dépassé par les événements – face à Batman – le fédérateur leader du groupe – ça ne te dis rien … ? Du genre un homme araignée engagé par un milliardaire charismatique ? Ou encore l’affrontement final au nord de la Russie, ça ne rappellerais pas une certaine Sokovie avec Ultron ? Bref, Justice League se rapproche ici de ce que Marvel maîtrise et nous sert déjà depuis 10 ans. Si le MCU se complaît de plus en plus dans l’humour potache et la déconstruction de ses héros, laisse-le faire. Mais par pitié DC garde ce qui a fait ta force. En somme, à trop vouloir plaire à tout le monde et arrondir les angles avec une histoire plus simplette, le film perd certainement une partie de son âme.

Justice League critique avec du recul avitique blog
Ezra MILLER en Flash, ça fonctionne ! Néanmoins le jeune amateur émerveillé par ce qui lui arrive rappel bien trop Peter Parker…


Une démarche globalement positive

En délaissant les intrigues politiques et psychologiques qu’avait mise en place Batman Vs Superman, Justice league n’y vas pas par quatre-chemins pour exposer son histoire et ses personnages. Bien que je regrette un tel retour à la standardisation du scénario type blockbuster, je trouve que cela lui réussit plutôt bien. C’est sûr qu’en passant d’un film de 3h (en version longue) pour BvS, à 2h pour JL… Les événements s’enchaînent forcément plus vite. L’équipe ne tarde pas à se mettre en place et nous permet d’observer plus rapidement des scènes de combats toujours aussi magnifiques et bien chorégraphiées. L’apparition de Flash permet d’ailleurs de jouer davantage encore avec les effets bullet time propre au DCU, toujours utilisés avec parcimonie. En parallèle, l’arrivée de ce Barry Allen au sein de l’équipe apporte ce qu’aucun personnage ne possédait vraiment jusqu’à lors, de l’humour. Malheureusement, si Ezra MILLER est bon dans son costume, son texte l’est beaucoup moins et la plupart de ses blagues n’amènent qu’un léger sourire sur nos lèvres. S’ajoute à cela, la trop grande ressemblance au Spider-man de Homecoming qui personnellement m’empêche d’apprécier le personnage à sa juste valeur. Malgré cela, sa légèreté fait du bien au groupe et au film en lui-même.

Justice League critique avec du recul avitique blog
Aquaman ne pouvait pas trouver mieux comme interprète que Jason MOMOA.

Côté positif, on notera également une 3D globalement bien réussie, une belle photographie toujours aussi sombre et élégante, ainsi que des références au film solo de Wonder Woman et même à Batman Le défi de Burton. Concernant la BO, Danny ELFMAN ne parvient pas à hisser son main theme à la hauteur de celui de Hans ZIMMER dans BvS, bien qu’il soit tout à fait séduisant. En revanche, que dire de l’excellent morceau d’ouverture Everybody Knows, qui nous berce tout en nous montrant un monde en deuil depuis la mort de Superman. L’interprète Sigrid dépose ici sa voix sur les images d’une manière très poétique.

Justice League critique avec du recul avitique blog
Batman nous fait profiter plus que jamais de toute son artillerie de combat.

Enfin, malgré ce scénario simplifié pour que tout le monde comprenne bien pourquoi il y a la bagarre… il faut bien dire que le film se lit plus facilement et nous permet une entrée plus rapide dans les enjeux des personnages. Outre ce Steppenwolf bien trop classique et faussement charismatique, ce sont surtout les membres de la Justice League qui nous intéressent car il faut bien se le dire, personne ne croit une seconde en leur échec face à cette menace extraterrestre. Néanmoins si la menace peine à gagner notre considération, il ne faudrait pas non plus que nos super-héros se mettent aussi à le prendre à la légère. Je fais ici allusion à la manière dont Steppenwolf obtient la dernière des trois boites qu’il recherche… grosse blague.

Justice League critique avec du recul avitique blog
Les scènes de combats sont toujours aussi génialissime à voir… L’Amazone à d’ailleurs droit à sa scène d’action perso. ce qui n’est pas pour nous déplaire.

 

AVEC DU RECUL …
Fan de ce que Zack SNYDER mettait en place depuis Man of Steel avec sa vision si concernée des super-héros dans un monde où leur présence est remise en question, Justice League vient complètement bouleverser cette (belle) lancée. Après avoir vu Batman Vs Superman se faire enterrer chaque jour un peu plus, Warner et DC ont opté pour la solution de repli en copiant un peu plus la concurrence. Justice League se place donc en décalage par rapport à l’ambiance des films précédents en nous proposant un blockbuster presque insipide, perdant alors toute identité propre. L’intervention compréhensible de WHEDON derrière la caméra contribue implicitement à effacer un peu plus encore la vision si intéressante de SNYDER. Malgré toutes ces petites choses parasites et parfois décevantes, Justice League est loin d’être une catastrophe et nous propose un divertissement de bonne facture.

note Justice League critique avec du recul avitique blog

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram et Facebook afin de garder un œil sur mon actualité !


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)