PRÉAMBULE : Qu’est ce qu’un ADR ? Signification : Avec du retard. Il s’agit d’une catégorie d’articles (autre que mes avitiques) qui a pour but de traiter des films sortis en salle depuis un certain temps, et que je n’ai pu voir lors de leurs sorties. Voici donc l’ADR, qui est en quelque sorte un mini-avitique, où je te propose mon avis sur des films que j’avais à cœur de visionner et commenter …

Kingsman critique avec du recul avitique ADR
L’aspect classieux lié au tailleurs et au monde de l’espionnage empêche le film de tomber dans une tonalité ultra lourde, heureusement.

C’EST QUOI TON EXCUSE ?
La plupart des films que je choisis de visionner en vue d’écrire ces quelques lignes ensuite le sont la plupart du temps parce qu’ils répondent au moins à un de ces deux critères : soit c’est un film qui a marqué l’histoire du cinéma (au Box-office, d’un point de vu cinéma, vis-à-vis du sujet traité, …), soit c’est un film que je n’ai pas pu voir lors de sa sortie et qui m’attire toujours quelques mois/années plus tard. Pour Kingsman : Services Secrets, je me trouve donc dans le deuxième cas. Néanmoins, c’est aussi parce que la suite intitulée Le Cercle d’or sortira sur nos écrans le 11 octobre prochain que je me devais de voir ce premier film sorti début 2015.

VERDICT ?
Fan des deux OSS117 de Michel HAZANAVICIUS (2006 & 2008), je trouve que l’humour et le second degré collent souvent bien avec les films d’espionnage. Un exercice malgré tout complexe qui peut vite donner naissance à quelques navets… Cf : Double Zéro avec Eric et Ramzy (2004). Néanmoins, c’est aussi parce que la suite intitulée Le Cercle d’or sortira sur nos écrans le 11 octobre prochain que je me devais de voir ce premier film sorti début 2015. Ainsi, je trouve que Kingsman se positionne in fine entre un OSS117 et un James Bond. En soi, un style quasi parfait pour mes goûts !

Kingsman critique avec du recul avitique ADR
Les différentes épreuves sont bien pensées mais leur impact quasi inexistant.

Réalisateur et scénariste du premier Kick-Ass (2010) Matthew VAUGHN maîtrise l’alliage de l’humour et d’un film badass. Dans Kingsman l’humour n’est pas non plus omniprésent et je m’attendais presque à trouver plus de situations loufoques. Ainsi, l’histoire se concentre davantage sur la formation intensive que suivent les jeunes « élus » afin de devenir le Kingsman – nouvel agent secret de l’organisation. C’est d’ailleurs en cela que réside à mes yeux le plus gros problème du film. Bien que les épreuves relevées par le groupe soient plutôt intéressantes, elles sont vite traitées et leur impact n’est pas vraiment visible. Aucune évolution du personnage principal, Eggsy, n’est clairement visible. De plus, si elles le forme d’un point de vue psychologique, elles ne le forme a aucun moment sur ses aptitudes physique, ou sa capacité de réflexion. On dirait presque qu’elles existent seulement dans le but d’éliminer les participants au fur et à mesure, mais rien de plus. Il est donc très surprenant de le voir à la fin maîtriser des techniques de combat éblouissantes dignes de ses mentors sans le moindre entraînement ! Quant à sa posture, son charisme et la maîtrise de ses instruments d’espions, le tout apparaît soudainement lorsqu’il revêt son costume de Gentleman ? Gros mouuuaaaiiiiis. Le problème est qu’il devient soudainement trop fort pour le jeune homme plutôt banal qui nous était montré plus tôt dans l’histoire. Le changement est trop brusque en raison d’une évolution… Inexistante.

Kingsman critique avec du recul avitique ADR
Le jeune rebelle de banlieue se retrouve impliqué simplement car il est « fils de » et en aucun cas parce qu’il a prouvé quelque chose… Pour quelqu’un qui critique les autres et leur cuillère en argent dans la bouche… Moyen.

En dépit de cela, la violence rappelle évidemment Kick-Ass. Certes, le sang est quasiment invisible tout au long des affrontements mais les images froides des coups et la mise en scène des exécutions sont merveilleusement effroyables. Les belles chorégraphies des combats donnent lieu à des mouvements de caméras et des plans sympas, apportant au film une fluidité bien plus séduisante que les traditionnels « cut-cut-cut-cut » des films d’action du même genre.

KSS_JB_D62_05597.CR2
La métamorphose est tellement soudaine qu’on croirait presque à l’arrivé d’un frère jumeau sortant de nul part…

Pour finir le film est classe à l’image de ses protagonistes. La scène de fin est très réussie et bien que totalement WTF termine l’histoire de la meilleure des manières. L’idée de comparer et citer à plusieurs reprises James Bond montre aussi l’autodérision du scénario et la volonté assumée de ne pas se rapprocher de l’univers de 007. Valentine (Samuel L. JACKSON) le dit d’ailleurs explicitement lors d’un repas avec Galahad (Colin FIRTH) : « Les films d’espions sont devenus beaucoup trop sérieux aujourd’hui ». Une phrase qui résume très bien l’esprit de Kingsman.

599074.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Les affrontements sont dynamiques et bien filmés.

EN SOMME, Kingsman : Services Secrets est un très bon film d’agents secrets qui me conforte dans mon intention d’aller découvrir la suite. Malheureusement, la formation du protagoniste est étrangement construite et nous conduit à un personnage transformé sans raison valable. De par la tonalité humoristique, certaines choses sont compréhensibles à l’image de l’incapacité stupéfiante des dizaines de soldats à viser juste ne serait-ce qu’une seule fois (#Stormtrooper). Mais cela n’excuse pas tout. La violence dans l’histoire se justifie parfaitement et est même détournée d’une manière bien amusante et poétique lors du grand feu d’artifice final… (TMTC si t’as vu le film). Rendez-vous donc dans quelques semaines pour savoir si VAUGHN – réalisateur qui souhaitait jusqu’alors ne pas réaliser de suite à ses films (Il n’est que producteur sur Kick-Ass 2) – a bien fait de modifier ses principes pour Le Cercle d’or

MA NOTE : 8/10

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…


(Pour rappel, mon ADR est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)