PREAMBULE : Cet avitique comprend une partie spoiler car il m’est impossible d’en parler complètement sans évoquer un point important du film. Tu peux néanmoins lire la 1ère partie et la conclusion sans aucun problème !

EN BREF :
Sorti depuis le mois de mai aux Etats-Unis, l’adaptation du roman de Nicola YOON a traversé l’océan pour arriver jusque dans nos salles de cinémas. Réalisé par Stella MEGHIE, Everything Everything est le deuxième film de la Canadienne. Coté casting, le rôle principal est tenu par Amandla STENBERG, découverte dans Hunger Games en 2012 en tant que tribu du District 11. Pour lui donner la réplique, c’est Nick ROBINSON qui a été choisi. Un acteur 5 ans plus âgé que sa partenaire dans le film et qui a joué un rôle dans Jurassic World ou encore La 5ème vague, au côté de ma petite Chloë Grace MORETZ (Kick-Ass 1 & 2) …

A 18 ans, Maddy est une enfant-bulle. En d’autres termes, elle n’a jamais mis un pied en dehors de sa maison en raison d’une forte déficience de son système immunitaire. Appelée DICS, cette maladie rare la contraint à vivre en permanence dans un espace stérilisé. Grâce à sa mère médecin, son infirmière et l’échappatoire que représente internet, Maddy accepte tant bien que mal cette vie particulière où le moindre petit virus pourrait la tuer. Mais le jour où elle tombe sous le charme du nouveau voisin, le désir de le voir autrement qu’au travers d’une fenêtre ou d’un écran de téléphone va complètement bouleverser sa vie. Avec un risque si énorme, la folie de l’amour pourrait l’emporter jusqu’à un point de non-retour.

Everything Everything critique blog avec du recul avitique
Pas besoin d’en dire plus…


ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
Si la bande-annonce m’était apparu comme intéressante la première fois, c’est en relisant les résumés avant de découvrir le film que je me suis demandé dans quoi je m’embarquais…

Sans surprise, Everything Everything est un teenage-movie qui pourra plaire aux fans du roman de base et autres jeunes adolescentes en attente de la première idylle. N’étant dans aucune de ces deux situations, j’ai eu du mal avec ce film. Ce qui m’a dérangé n’est pas réellement le travail de MEGHIE, mais simplement son support. L’histoire écrite par l’auteur du roman original n’est tout simplement pas intéressante … (en tout cas pour moi). J’espérais néanmoins avoir une surprise à la fin avec l’absence d’une happy-end car, au vu de sa maladie, je ne voyais pas comment cela pouvait bien se terminer. Horrible à dire mais bon, ne pleure pas ça va aller. Etant donné que le public visé ne dépasse pas les 16 ans, il était quasi inévitable de finir d’une manière parfaite pour la petite Maddy. Je trouve en revanche la révélation finale plutôt bien pensée maiiiis pas vraiment bien amenée …

Everything Everything critique blog avec du recul avitique
Certaines idées de mise en scènes sont simples, mais plutôt sympathiques.

On ressent dans la réalisation de MEGHIE une envie de bien faire avec quelques bonnes idées. La séparation des deux personnages au début de leur rencontre en les cadrant séparément et jamais dans le même plan est intéressante. Le but est bien sûr de montrer l’impossibilité de se rapprocher et l’isolement forcé de Maddy mais aussi la présence de l’astronaute qui est en fait le personnage qu’elle s’imagine être. Il sert en quelque sorte de décodeur pour nous faire comprendre ce que ressent Maddy lorsqu’elle est dans une situation de stress face à Olly. Dommage que le concept ne soit pas davantage utilisé.

Everything Everything critique blog avec du recul avitique
Rosa, ici à gauche est créée pour le film afin d’appuyer le contraste entre la vie de Maddy (à droite) et celle d’une fille « normale » de son âge. Malheureusement elle est trop peu présente à mon goût pour être vraiment efficace.

Quant aux passions de la jeune fille, je me demande encore à quoi elles servent et ce qu’elles apportent au personnage. Dans le film évidemment, car j’imagine que le livre en apprend bien plus à ce sujet. Son goût pour l’architecture justifie plus ou moins la présence de l’astronaute et nous en apprend très légèrement plus sur sa personnalité. Rien de plus. Pour ce qui est d’internet, qu’écrit-elle sur son blog concrètement ? À quoi lui sert-il ? On ne sait pas.

Everything Everything critique blog avec du recul avitique
La relation entre la mère et la fille n’est pas assez poussée non plus alors qu’elle est l’élément clef de l’histoire.


SPOILER ZONE :
La révélation finale nous apprend donc que la mère de Maddy s’est fait croire à elle-même puis à sa fille qu’elle était malade. Tout cela pour la protéger en la gardant en permanence en sécurité. En d’autres termes, sa mère a gâché 18 ans de vie à sa fille par peur et égoïsme. En gros, celle qui est la malade dans l’histoire ce n’est pas la fille. En plus de cela, seules 3 personnes connaissent l’existence de Maddy comme elle le dit elle-même ! C’est donc clairement un crime (Je ne vois pas comment appeler ça autrement) quand bien même il serait justifié par les drames qu’elle a traversé … Et oui, c’est peut-être horrible à dire, mais c’est clairement ça. La mère de Maddy devrait tout simplement être suivi par un psychologue depuis l’accident.

Ainsi pour moi, le film aurait pu avoir une toute autre dimension si le scénario initial du livre s’était transformé en un film dramatique centré non pas sur l’histoire de Maddy mais sur celle de sa mère… Certes je m’égare mais au final c’est là qu’il y avait quelque chose à raconter … Pour en revenir au film en lui-même, il aurait fallu que la réalisatrice et le scénariste intègre au film un développement bien plus important pour la mère ainsi que sur la relation mère-fille. L’accident n’est que très peu évoqué, ce qui est normal car le film est centré à 99% sur Maddy qui ne les a pas connu, mais pour comprendre davantage la douleur de sa mère il aurait fallu bien plus insister sur le cauchemar qu’elle a vécu en se retrouvant soudainement seule à élever sa fille. Au final Maddy nous dit qu’elle lui pardonnera, après tout elle commence à vivre à 18 ans, ce n’est pas si grave…

OVER

Everything Everything critique blog avec du recul avitique
La petite Amanda a bien grandi depuis Hunger Games mais difficile de se faire un avis tranché sur la qualité de son jeu…


AVEC DU RECUL …
Au final, Everything Everything ne m’a pas surpris. Ennuyant dans sa mise en route, routinier dans ses péripéties, parfois intéressant dans sa mise en scène et légèrement surprenant dans son final : voilà ce que le film de Stella MEGHIE m’évoque. Mais le problème ne vient pas de la qualité du travail de cette dernière comme je l’ai dit mais du matériel de base. L’histoire proposée à l’écran m’est apparue comme affreusement pauvre et fade. Cela vient peut-être du livre, ou alors de l’adaptation du scénario … Mais ce n’est pas celle que j’aurais souhaité entendre car une autre histoire parallèle pouvait être plus intéressante à traiter.  Dans tous les cas, la canadienne ne s’en sort pas si mal en terme de réalisation. Bravo car je pense que le résultat pouvait être bien pire.

note5.png

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)