PREAMBULE : Cet avitique ne comprend aucune partie spoiler. Tu peux te détendre…

EN BREF :
Numéro 1 de Mes 10 plus grosses attentes pour 2017 ! Dunkerque est sorti ce mercredi 19 juillet. Comptant parmi les nombreux fans du travail de M. Christopher NOLAN, l’annonce de ce film m’avait enthousiasmé en raison du sujet grandiose qu’il aborde. Alors… Cette place d’honneur dans mon classement s’est-elle justifiée ?

Mai 1940, les Anglais et les Français sont acculés par les Allemands jusqu’à la plage de Dunkerque. Plus aucune échappatoire à l’exception de la voie navale. Évacués par bateau près de 400 000 hommes n’est pas chose aisée, mais lorsqu’en plus de cela les bombardements rythme l’attente interminable des soldats sur la baie… Nombreux sont ceux qui, en plus d’être rongé par la honte, ne pense plus revoir un jour leur famille.

Dunkerque critique avec du recul blog avitique
Une affiche splendide.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
L’élément le plus réussi dans le film est à mon sens la musique d’Hans ZIMMER qui une nouvelle fois créer une bande son original, fantastique et qui se pose magnifiquement sur les images du film. (Extrait ici). Ce dernier ne comportant que peu de dialogues, la musique fait vivre le film et c’est elle qui nous parle le plus. Quant aux images de NOLAN et bien : Petite déception personnelle.

Si le sujet traité me semblait collé parfaitement au réalisateur Britannique, j’ai été surpris de ne pas voir d’images, de plans plus grandioses… (L’affiche me donnait pourtant cette impression). Les centaines de milliers de soldats sont visibles en grand partie au début du film ou via des plans aériens, nous montrant à quel point la mission d’évacuation va être longue et l’attente mortelle pour beaucoup.

dunkerque critique avec du recul blog avitique
Des plans large impressionnants mais vite oubliés après 15 minutes de films…

 

Les scènes de combats aériens sont impressionnantes et belles à regarder notamment au travers du cadre qui propose souvent une image tournée à 180° comme si l’écran passait d’un format paysage à portrait dans la même scène. Dans les points positifs, j’ai aussi aimé un traitement des couleurs (aussi visibles sur les affiches) travaillé. Le bleu est omniprésent dans le film avec le reflet de la mer, de la nuit, des carlingues de bateau … Une couleur qui se mélange avec le noir des casques et le marron des tenues militaires. Le tout fait qu’en pleine nuit, les personnages se distingue difficilement l’un des autres dans cette ambiance très sombre.

dunkerque critique avec du recul blog avitique
Tout le monde se ressemble, et tout le monde est ici pour la même chose.

Pour en venir aux personnages, c’est l’un des points faibles du film si ce n’est pas le plus important. En sortant de la salle, il était impossible pour un grand nombre de spectateurs de citer un ou deux prénoms de soldats. Aucun ne se détache d’une quelconque manière de l’histoire. L’aviateur le plus présent est davantage mémorisable tout comme le propriétaire du bateau de plaisance et ses 2 matelots, évidemment, mais les autres sont tous semblables. Il est en revanche possible de voir cela d’un autre œil. En effet, 400 000 soldats attendaient par-dessus tout de pouvoir s’enfuir de cette plage, alors ne pas insister sur un en particulier peut-être un simple choix de NOLAN. L’un de ses objectifs est clairement que nous prenions conscience de la situation dans laquelle étaient les soldats. Effrayés au moindre bruit, dans le doute constamment de savoir s’ils pouvaient monter dans un bateau, ou simplement de savoir s’ils ne seraient pas tués par un obus avant bien avant cet espoir. Ainsi ne pas prendre parti pour un seul soldat unique, c’est rendre hommage à tous. Parce qu’au final, français ou anglais, aucun n’est différent de son homologue, et tous ces soldats étaient sur cette plage dans un seul et unique objectif commun et on ne peut plus primaire, fuir pour vivre.

Ainsi, ce non-développement des personnages est peut-être totalement volontaire. Mais malgré ce point de vue, le film perd de son impact, car on ne s’attache pas vraiment à ces hommes.

dunkerque critique avec du recul blog avitique
Kenneth BRANAGH en Commandant est bon mais concrètement… la présence de son personnage est totalement superficielle.

Par ailleurs la scène clef du film, qui nous montre l’arrivée du plus bel espoir pour les soldats est étonnamment court et très vite traité ! Quel dommage de pas avoir fait duré ce moment de joie si belle et si forte à ce moment-là… La séquence méritait d’être beaucoup plus grandiose, de plus on ne voit que très peu de bateaux au final arrivée. Cela rend ainsi peu crédible l’évacuation d’autant d’hommes.

Enfin le montage. Complexe mais totalement nécessaire à ce Dunkerque. Si j’ai été surpris par la courte durée du film (1h47), c’est en sortant que je me suis dit que cela suffisait largement. Si le film traîne en longueur, c’est pour nous faire comprendre une nouvelle fois l’attente interminable qu’éprouve les personnages. Mais malheureusement, même si la musique et le montage remixé tentent de dynamiser ce rythme lancinant, on a parfois envie de regarder l’heure…

dunkerque critique avec du recul blog avitique
Aucun personnage ne se détache …

AVEC DU RECUL …
Dunkerque est un bon film et reste beau, grand, et touchant lors de son visionnage. En revanche pour ma part, tu l’auras compris, je ne peux cacher mon « Méééééhh » comme dirait un certain Fossoyeur de film. Et quel dommage, je suis persuadé que NOLAN pouvait faire bien mieux… Mais certains choix font que le film a pris une direction différente de celle que je m’attendais à voir. C’est un fait. Je trouve que le film survole, brillamment certes, mais survole tout ce qu’il se passe… On ne rentre à aucun moment en profondeur sur un élément, ce qui me laisse sur ma faim. Mais pour le sujet abordé (même en survol) par cette œuvre, on ne peut qu’être touché par un événement aussi horrible qu’extraordinaire. Ainsi, même si Dunkerque n’est clairement pas aussi puissant qu’il aurait pu l’être à mon sens, il n’en reste pas moins bon à voir. Ne serait-ce que pour nos Mémoires.

Comme de nombreuses personnes l’ont remarqué, l’armée Française n’est quasiment pas pas présente dans le film alors qu’elle a littéralement permis la réussite de l’opération Dynamo. Une impasse qui mérite d’être éclaircie. Voici donc un excellent reportage Arte de 25 minutes créé pour l’occasion que je t’invite grandement à visionner :
Dunkerque, tenir à tout prix

note2.png
Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)