PREAMBULE : Cet avitique ne comprend aucune partie spoiler. Tu peux te détendre…

EN BREF :
Après avoir visionné la bande-annonce de cette nouvelle adaptation de La Légende d’Excalibur, je ne te cache pas qu’un sentiment de « Oulala c’est quoi ce délire », s’était emparé de moi. Réalisé par Guy RITCHIE à qui l’on doit les deux Sherlock Holmes en 2009 et 2011, il fait cette fois-ci appel à Charlie HUNNAM (The Lost City of Z) dans le rôle-titre et Jude LAW en tant que grand méchant. Complète réinterprétation de l’histoire du célèbre roi d’Angleterre, cette nouvelle histoire ne plaira sans doute pas aux inconditionnels fans des romans médiévales. Alors verdict ?

Voleur dans les faubourgs de Londinium, Arthur voit sa vie transformer le jour où il retire contre toute attentes Excalibur de son rocher. Devenant ainsi l’homme né Roi, il est désormais la cible à éliminer pour le roi tyrannique d’Angleterre, Vortigern. Contraint de rejoindre la Résistance, Arthur va devoir se résigner à assumer son nouveau rôle et apprendre à maîtriser le pouvoir de l’épée légendaire.

Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique
Les couleurs de l’affiche reflètent bien celles présentes dans le film, marron clair, grisâtre… en accord avec l’univers représenté.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
Le ton donné à l’univers du Roi Arthur dans ce film s’inspire en quelque sorte de celui connu dans le seigneur des anneaux. La magie joue un rôle très important dans ce monde, à tel point que certains événements ne sont que survolés car « c’est magique » donc on accepte… Humm. Un aspect maladroit du film qui aurait soit dû, soit être davantage mis en avant avec le rôle des mages par exemple ou alors bien moins déterminant dans les péripéties. D’autre part, cette magie omniprésente dans ce monde place cette force suprême supérieure à toutes choses. A tel point que l’épée d’Excalibur est totalement abusée à mon goût… Supprimant ainsi tout suspens quant aux dénouements des affrontements. En effet Arthur devient totalement inarrêtable dès lors qu’il prend l’épée à deux mains.

Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique
David BECKHAM ne faisait pas tâche au milieu du casting mais renforce le côté « film défilé » de l’oeuvre : Beaux gosses et combats au ralenti… tu vois le genre.

Malgré cela, les nombreux effets bullet time (ralenti lors des scènes d’actions) renforce la puissance et l’intensité des combats d’Arthur. A la limite d’exagérer avec le concept, RITCHIE ne tombe pas dans le piège comme l’avait fait la médiocre suite de 300 : La naissance d’un empire en 2014 de N. MURRO. Ainsi les scènes d’actions sont des plus « badass » il faut le dire, et Arthur est charismatique à souhait. Charlie HUNNAM est très convainquant dans son personnage, et les élégants costumes d’Annie SYMONS s’accordent parfaitement avec l’aspect moderno-médiéval du personnage et du film. De l’autre côté, Jude LAW en tant que roi démoniaque, nous délivre un personnage haut en couleur. Avide de pouvoir et prêt à tous les sacrifices pour tuer Arthur, l’acteur britannique est convainquant dans sa prestation.

Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique
Jude LAW est tout à fait convainquant en tant que Roi tyrannique et torturé.

Mention spéciale à la musique du film composé par Daniel PEMBERTON. Son travail musical complète à merveille ce que RITCHIE nous transmet par la vue à l’écran. Tout en gardant de nombreuses influences médiévales propres à ce genre d’histoire, la modernité se mélange une nouvelle fois à cela. Le morceau génialissime interprété par Sam LEE intitulé The Devil & The Huntsman, n’est d’ailleurs pas sans rappeler le travail (fantastique) du français Woodkid. Un style musical en somme très originale et qui surprend par sa modernité, mais qui embellie et apporte une vraie valeur ajoutée au long-métrage.

Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique
L’entourage d’Arthur est plutôt attachant.

Enfin, la réalisation de RICHTIE est sans doute l’une des plus particulière à observer puisque très visuelle et remarquable. Il fait appel aux flashforward (Inverse de Falshback) à de nombreuses reprises pour nous montrer visuellement ce que le personnage prévoit de faire et est en train d’expliquer. Une technique qui permet de passer rapidement les événements ennuyeux ou qui ferait perdre du rythme à l’histoire. Cependant même si cette frivolité scénaristique est agréable à suivre, cela atténue irrémédiablement l’aspect dramatique des enjeux et des situations. De plus, certaines séquences sont trop brièvement abordées à l’image de la « zone sombre » (je ne suis plus sûr du nom) qui aurait mérité une importance plus grande dans le rite initiatique du futur Roi.

Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique
Il est regrettable que la mage n’est pas un rôle plus important dans l’histoire, au vu du grand impact des siens dans l’univers.

AVEC DU RECUL …
Je n’attendais quasiment rien du Roi Arthur : La légende d’Excalibur, mais j’ai plutôt été surpris dans le bon sens du terme. Malgré qu’il soit compté comme un (nouvel) échec cuisant pour la Warner au vu des médiocres recettes réalisées aux USA, Guy RITCHIE pourra peut-être se rassurer avec les résultats de l’hexagone qui semblent plus optimistes. D’un point de vue général, cette nouvelle adaptation de la Légende du Roi Arthur est loin d’être un navet et nous propose au contraire quelque chose d’assez moderne et sympathique à voir en partie grâce à sa superbe B.O. Mais poussant son concept parfois un peu trop loin, le film ne se prend plus assez au sérieux et oublie que le Roi Arthur n’est pas non plus n’importe qui. La surpuissance de l’épée Excalibur nuit d’ailleurs beaucoup aux enjeux de l’histoire en général.

note Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur critique avec du recul avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)