EN BREF :
En voyant arriver cette nouvelle franchise dans l’univers Marvel en 2014, j’avais dû me faire à l’idée de regarder ce premier opus en dépit de la tonalité du film qui ne m’attirait guère. Deux ans plus tard, James GUNN est à nouveau aux commandes de ce volume 2 des Gardiens de la Galaxie.

L’équipe des gardiens, toujours composée de Gamora, Drax, Rocket et (Baby)Groot sous la direction de leur leader Peter Quill, enchaînent les aventures dans le cosmos avant que les mystérieuses origines de Star-Lord ne les rattrapent. Ajouté à cela les chasseurs de primes et les courses poursuites galactiques, le tout sur fond d’une « Awesome Mixtape Vol.2 » et vous voilà dans le vaisseau des Gardiens de la Galaxie.

Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
Après avoir visionné le premier film de ce qui s’apparente être la trilogie des Gardiens de la Galaxie étant donné que le 3 est confirmé, mon avis avait légèrement évolué. L’humour lourdaud et potache propre à l’univers des comics ne passait pas si mal que ça au final. La suite reprend sans surprise les mêmes codes en s’appuyant sur les liens entre les personnages tissés dans leur première aventure. Drax (Dave BAUTISTA) s’étoffe, Rocket (voix de Bradley COOPER) reste fidèle à lui-même en nous impressionnant à maintes reprises avec tous ces gadgets plus dévastateurs les uns que les autres, quant à Groot (Voix de Vin DIESEL) surnommé la brindille par Yondu (Michael ROOKER) est véritablement ce qu’il y a de plus efficace en termes de mignonnerie… d’autant plus qu’il est drôle et surtout : utile à l’histoire.

Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique
Bébé-Groot n’est pas uniquement là pour faire figuration mais apporte un jolie plus au film.

D’autre part, en ce qui concerne Gamora (Zoe SALDANA) c’est à mon sens le personnage qui évolue le moins dans cette suite. Outre sa relation avec sa sœur Nebula (Karen GILLAN) qui soulèvera une remise en question chez l’extraterrestre à la peau verte, elle n’interfère que très peu dans les conflits et décisions de l’histoire. Le tout fait qu’en somme, sa situation à la fin du film est quasi identique à celle du début. Même sentiment vis-à-vis de Rocket qui, malgré une intéressante relation qu’il semble noué avec l’un des personnages, ne révèle pas vraiment de nouvelles parts de sa personnalité. Néanmoins, ces observations ne sont pas à prendre à 100% en tant que critique négative. Il était nécessaire, je pense, de mettre très légèrement de côté l’histoire de certains personnages pour pouvoir en développer davantage d’autres, en l’occurrence Quill et « le Ravageur à la peau bleu ». Surtout que comme je le précise en ce qui concerne Gamora et Rocket, ils ont tous les deux leurs moments pour nous montrer qu’ils sont bel et bien présents dans l’aventure. Cependant, d’un point de vue général, il est regrettable de voir chacun des protagonistes souvent agir en solo dans une mission particulière, ou bien pour son intérêt personnel. La notion d’équipe est quasi inexistante hormis dans la première scène d’action de l’histoire qui n’en ait pas une à part entière…

Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique
L’équipe ne collabore jamais vraiment ensemble et en harmonie.

Quant au scénario de cette nouvelle histoire, GUNN nous propose une histoire qui – tout en étant prévisible, un peu faiblarde et, à mes yeux, légèrement tirés par les cheveux en termes de facilité d’écriture… – prend son temps avant d’accélérer pleinement. Un choix qui pourra peut-être en ennuyer certains comparé au premier film qui proposait un rythme plus soutenu en raison de la découverte de chaque membre de l’équipe. De plus, l’humour est, comme je l’évoquais plus haut, toujours très présent et habilement ajouté aux diverses situations et dialogues. Une dimension propre à cette franchise qui nous montre la prise de recul que possède le film envers son histoire et ses personnages. C’est d’ailleurs à mes yeux la raison qui explique le succès des Gardiens de la Galaxie : ce sont tous des héros, superméchants, extraterrestre, ou autres… mais leurs erreurs, leur humour, leurs émotions, leur donnent une sorte d’humanité qu’aucun autre super héros tel que Spiderman, Thor, Wonder Woman ou Batman ne possèdent. Cette différence majeure est source d’une proximité inédite entre le public et les protagonistes du film. Une première dans l’univers des comics au cinéma et qui se base simplement sur ce qui a fait le succès de la BD à l’origine.

Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique
Chaque Gardien fait preuve de ses prouesses en solo.

Enfin, ce côté « Humain » se retrouve également dans la bande son faussement proposé par le commandant du Milan. Intelligemment intitulé « Awesome Mix Vol. 2 » en référence à la première compilation du film de 2014, elle constitue un véritable plus pour plusieurs raisons. La première est d’être d’une authenticité et d’une simplicité presque déconcertante quand certains compositeurs doivent composer le morceau le plus dantesque qui soit en vue d’accompagner une scène d’action. Ici il n’y a aucun problème à voir les Gardiens se battre contre une créature monstrueuse sur un fond de Jazz. Le tout accompagnant ainsi le générique d’introduction d’une agréable manière. Quant à la seconde raison, elle rejoint la proximité public/personnages évoquée plus tôt. En effet, quoi de plus simple pour interpeller un spectateur que de lui faire entendre des morceaux célèbres avec lesquelles il a grandi… Adultes, jeunes ado et adolescents se sentent ainsi tous facilement embarqué dans leurs aventures.

Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique

AVEC DU RECUL…
Si je ne serai jamais un fan inconditionnel des Gardiens de la Galaxie je ne peux que reconnaître le talent et le travail de son réalisateur. James GUNN poursuit en solo cette fois l’écriture des aventures galactiques de ses personnages. Une décision qui n’est peut-être pas la meilleure à la vue du résultat et du grand méchant qui est à mon sens un peu loupé… Si le scénario est indéniablement ce qui rend le film un peu bancal, on ne peut qu’apprécier ce qui fait sa force  : Une dose d’humour idéalement parsemé camouflant l’intelligence du film, une BO qui ne peut que s’apprécier, des personnages hauts en couleur (#Monsieurjeuxdemots), des environnements plaisants à découvrir… BREF, contrairement à ce qu’il fera croire aux plus ingénus, Les Gardiens de la Galaxie 2 (et donc même 1) est un film diablement intelligent dans ce qu’il propose, et qui a parfaitement saisi sa raison d’être et ses objectifs. Plaira ou plaira pas, ce second opus ne te séduira certainement pas si tu n’avais déjà pas apprécié le premier. En revanche, le fauteuil rouge te tend ses accoudoirs si tu avais pris ton pied il y a 2 ans.

Note Les gardiens de la galaxie Critique Avec du recul Avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)