PREAMBULE : Cet avitique comprend une partie spoiler seulement dans le paragraphe intitulé « SPOILER ZONE ». Si tu souhaites l’éviter, descends jusqu’au « OVER » situé quelques lignes plus bas pour reprendre la lecture. Merci de ton intérêt pour mon blog !

EN BREF :
Réalisé par le suédois Daniel ESPINOSA, Life de son titre original, était classé à la 9ème place des films que j’attends le plus cette année (classement réalisé fin 2016, et qui aurait certainement changé si je devais le refaire aujourd’hui évidemment). Oublions vite le sous-titre complètement débile et inutile attribué à ce thriller pour nous concentrer sur des éléments plus intéressants tels que les acteurs qui le compose. Ryan REYNOLDS (Deadpool – 2016) était pour moi la tête d’affiche et j’étais curieux de le voir évoluer dans un registre différent. Sensé au départ tenir le premier rôle, c’est en raison d’un emploi du temps trop chargé qu’ils ont décidés de ne lui attribuer qu’un rôle secondaire. Tant pis pour cette fois… On retrouve également Rebecca FERGUSON (M.I.5 : Rogue Nation – 2015), Jake GYLLENHAAL (Prince of Persia : Les sables du temps – 2010/Le secret de Brokeback Mountain – 2005), Hiroyuki SANADA (Ring – 1998) et un Britannique à la renommée plus faible que ses camarades : Ariyon BAKARE.

Six membres de l’équipage en mission dans l’ISS (à l’instar de notre ami français Thomas…) réalisent une découverte fantastique en ramenant à bord une cellule martienne vivante. Provenant de l’échantillon ramené par un robot, les scientifiques vont tenter de l’étudier avant que cela ne se passe plus comme prévu …

Life - origine inconnue critique avitique avec du recul
Une affiche peu mise en avant au profit de l’autre (visible en couverture) … C’est bien dommage au vu de la beauté de celle-ci.

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
Comme pouvait le faire Gravity (A. CURAON – 2013) ou Interstellar (C. NOLAN – 2014), Life prend son temps pour poser son décor durant l’introduction. Accompagnée d’une musique impressionnante, (kiffante), et bien adaptée à la situation, la mise en situation prend peut-être même un peu trop son temps sur le début pour voir arrivé le titre après bien 10 minutes de film. Une perte de temps à mes yeux qui coûte à l’œuvre. En effet, il aurait été beaucoup plus judicieux de placer davantage de scènes où l’on voit le groupe proche, avec des liens forts via diverses situations, ce qui aurait servi à l’histoire par là suite. C’est d’ailleurs pour moi le plus gros reproche que j’aurais à faire au film : Le manque d’empathie créé envers les personnages. Ils nous sont montrés en train de rigoler autour d’une table sans que l’on sache pourquoi … Tandis que leur ami (avec qui ils vivent quand même un moment unique de leur vie, il faut le rappeler) est en train de regarder sa femme accoucher par Skype. Pour la deuxième situation rien d’anormal jusque-là, mais lorsque celui-ci montre sa petite fille à ses collègues… Il aurait pu leur montrer la nouvelle voiture qu’il avait achetée, l’effet aurait été le même et n’aurait choqué personne. Hormis cela, on ne connait que très peu de chose d’eux et des relations qui les unies. Sont-elles uniquement professionnelles ? Au vu de leur travail, j’ai du mal à le concevoir.

Life - origine inconnue critique avitique avec du recul
Les personnages n’ont aucune réelle cohésion de groupe.

Pour continuer et finir avec les « mauvais côtés », je trouve que la créature avait matière à nous faire bien plus peur que cela ! Les codes des films d’horreur sont souvent respectés et ne surprennent pas énormément. ESPINOSA joue à plusieurs reprises avec les gros plans et très gros plans, s’appuyant sur l’étroitesse de la station spatiale afin d’obtenir des prises de vues serrées. Contre un hublot, une vitre, dans un meuble ou à l’intérieur d’un réservoir… Cela fonctionne globalement, mais n’est pas vraiment surprenant dans son organisation. La créature étant, je trouve, plutôt une réussite, il y avait moyen d’être bien plus effrayant …

Life - origine inconnue critique avitique avec du recul
La tension et l’impuissance des protagonistes sont plutôt bien transmises à l’écran.

Quant aux points positifs… Paradoxalement, en dépit de la (trop) longue mise en situation sensée nous présenter les lieux et protagonistes, la caméra du réalisateur se balade dans toute la station en plan-séquence (sans doute un faux au vu de certains plans très rapprochés) comme s’il était/nous étions un membre de l’équipage. Cela nous permet dès le début du film de s’inviter à bord avec eux afin de se sentir davantage concerné pas les événements futurs… Seulement ce bon point s’estompe rapidement avec le manque de liens affectifs entre les personnages, ce qui créer une distance entre ce qui leur arrive, et nous.

Life - origine inconnue critique avitique avec du recul
Les espaces réduits de l’ISS sont subtilement utilisés pour intensifier la peur du danger qui peut surgir de toute part.

SPOILER ZONE
Au final, lorsque l’un d’entre eux se fait tuer, hormis pleurer légèrement et de manière assez médiocre au passage, ils n’ont absolument rien à dire car ils ne partageaient rien de sérieux avec le défunt. La fille de Sho justement n’est jamais citée par l’équipage alors que c’est quand même un événement important dans une vie ! (Surtout quand le film s’appelle Life …) Cela était justement un bon outil à utiliser pour nous montrer les liens amicaux et l’intérêt que les uns portent envers les autres. Tandis qu’ici, ils n’ont quasiment rien à se dire. Cela est visible avec le D. Jordan qui ne fait que caresser la joue de Miranda* lors de deux ou trois séquences en raison du vide de leur relation, qu’on pourrait ici qualifier d’interstellaire (LOL). Et non, ce n’est pas pour faire passer de l’émotion ou leur amour envers l’autre, car ils ne partagent presque rien à part leur travail ici et l’épreuve qu’il sont en train de traverser. Ce qui n’a pas l’aire de suffire.
OVER

Life - origine inconnue critique avitique avec du recul
La déambulation de la caméra dans la station aux côtés des scientifiques est agréable et fait gagner en immersion.

Enfin, même si le film aurait énormément gagné à proposer un groupe solide et attachant, les scènes de tensions avec l’alien (car oui tous fan d’Alien verra inévitablement les similitudes, et c’est normal, car le réalisateur d’Enfant 44, a avouer s’en inspirer) sont plaisantes à suivre. La créature martienne est plutôt bien désignée : esthétique tout en étant effrayante. En revanche, son dernier stade d’évolution part un peu trop dans le conventionnel de l’extraterrestre déjà vu au cinéma, et c’est ici que l’inspiration du film de Ridley SCOTT se ressent le plus. Dommage quand on sait que l’objectif était justement de faire quelque chose de neuf sur ce point.

AVEC DU RECUL…
Si j’ai beaucoup axé mon article sur les défauts de Life, c’est que pour moi ESPINOSA passe à deux doigts de produire un très bon film du genre. Son travail reste néanmoins agréable à regarder et nous fait passer un bon moment de stress, de tension et de dégoût lors de certaines scènes plutôt cool et sympas à découvrir. Adepte de ce genre de thriller, Life reste un bon film du domaine que je prendrais plaisir à revisionner un jour.

Life - origine inconnue critique film avec du recul avitique

Merci pour ton intérêt à mon blog !
N’hésite pas à t’abonner à celui-ci en cliquant sur « suivre » afin d’être alerté par mail de la parution de mes articles ! Tu peux aussi me suivre sur Instagram afin de garder un œil sur mon actualité ! Clique ici pour y faire un tour…

*Tu te demandes comment j’ai retenu les noms des personnages ? J’ai regardé le casting… Preuve qu’on ne s’attache pas assez à leurs vies et qu’ils n’échangent pas suffisamment entre eux.


(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)