EN BREF :
Si vous êtes de ces gens qui n’éteignent pas leur portable la nuit, qui laissent leurs ordinateurs ouverts en permanence ou qui acceptent toutes les conditions générales sans en avoir lu un seul mot : alors « Snowden » est fait pour vous. Réalisé par Oliver STONE, « Snowden » est un biopic sur une partie de la vie de l’informaticien américain Edward SNOWDEN. Une partie seulement dans la mesure où le film se déroule entre 2004 et 2013, année de ses 21 ans jusqu’à son exil en Russie. Une période qui va littéralement changer sa vie puisque que c’est en travaillant pour la CIA et la NSA que le jeune informaticien surdoué ne pourra supporter le lourd secret qu’implique son travail. Témoin de l’espionnage de masse des Américains via les différentes technologies, SNOWDEN décidera en juin 2013 de révéler toutes ces informations classées secret défense au péril de sa liberté et de sa vie.

snowden_1
Son regard en très gros plan nous donne déjà l’impression d’être observer…

Les biopics étant en quelques sortes la spécialité de STONE puisqu’il est à l’origine de « JFK » (1991), « Nixon » (1995) ou encore « W – L’improbable président » (2008). Un patriotisme évident et inévitable au regard de sa filmographie et qui justifie la volonté d’adapter au cinéma la vie de SNOWDEN. En effet, Edward est très fier de son pays et souhaite contribuer à son rayonnement international. Il désire d’ailleurs s’engager dans les forces spéciales étant jeune, mais est contraint d’abandonner après un grave accident. Un coup du sort qui l’envoie travailler pour la NSA où sa vie changera définitivement.

 

ALORS CA DONNE QUOI CT’HISTOIRE ?
Dès le début du film, la musique prend une place importante car elle renforce l’impact du discours qui l’accompagne. Un style de musique assez électro qui correspond parfaitement au sujet. Cependant, j’ai trouvé qu’au fur et à mesure du film, cette dernière se fait de plus en plus discrète pour n’être plus qu’anecdotique. Dommage. Ensuite, la première partie de l’histoire qui se situe en 2004, ne comporte que peu de dialogue puisqu’on y suit l’évolution de SNOWDEN. Un personnage interprété par le talentueux Joseph GORDON-LEVITT qu’on ne présente plus tant ses rôles sont liés à de bons films… (The Walk – 2015 ; The Dark Knight Rises – 2012 ; Inception – 2010). Je n’ai malheureusement pas pu voir le film en VO et donc, le travail réalisé par l’acteur sur l’accent que possède réellement SNOWDEN. Re dommage. Malgré cela, j’ai pu m’attarder sur son jeu qui, encore une fois, est parfaitement en adéquation avec le personnage. Ici, il est humble, introverti et très anxieux en raison des responsabilités que lui apporte son métier. Quant à l’entourage du protagoniste, il est principalement composé de sa copine Lindsay MILLS (Shailene WOODLEY) et Corbin O’BRIAN (Rhys IFANS) avec qui il entretient une relation unique et très bien retranscrite pour chacun d’entre eux. L’amour du couple donne un côté vraiment humain à SNOWDEN qui ainsi n’est pas seulement un informaticien doué. C’est un élément très important qui lui apporte une vraie profondeur et une certaine sympathie. Concernant Lindsay, elle est tout aussi touchante et attachante que lui. Nous voyons tout au long de la vie de son copain à qu’elle point elle le soutient malgré les lourdes concessions qu’elle réalise à cause de lui. Une relation forte qui compte beaucoup pour lui. D’autre part, en ce fameux mois de juin 2013, les deux journalistes choisis pour publier les dossiers top secret, nouent une relation particulière avec lui le temps des révélations. Sous la tension palpable de la situation, ils restent très calme avec lui et se montre reconnaissant du courage immense dont fait preuve le jeune américain.

snowden-movie-joseph-gordon-levitt-shailene-woodley
La belle relation du couple donne un côté bien plus humain à Edward

Du point de vue de la réalisation, le rapport à la proximité dans le film est traité d’une manière intéressante. En effet, de très gros plans sont réalisés sur le regard et sur la pupille plus particulièrement. Cette partie de notre œil est plusieurs fois mélangée en fondu avec l’œil de la webcam qui comme notre le notre, observe en permanence. Un effet bien trouvé qui intensifie la psychose qui peut être créée autour de nos webcams. De surcroît, plusieurs plans sont filmés dans un angle de la pièce. Un point de vue qui n’est pas sans rappeler celui des caméras de surveillance. La vie privée étant un enjeu majeur du scénario, le fait de réaliser ces plans aussi près des personnages et à la manière d’une surveillance, accroît la tension et nous permet de ressentir la pression que porte SNOWDEN (cf : l’affiche un peu plus haut).
Enfin, le générique est aussi intéressant car il dévoile par séquences, des interviews et autres archives de Ed SNOWDEN sur sa vie « post-révélations », de mi 2013 à aujourd’hui. Nous pouvons y voir que malgré l’aspect héroïque que peut avoir son acte, son propre pays, qui lui est pourtant très cher, le traite comme un fugitif et un ennemie de l’état.

 

AVEC DU RECUL …
« Snowden » est un film qui, malgré la touche de « cinéma » qui est ajoutée à l’histoire, retranscrit humblement la vie du protagoniste. Au travers de relations bien construites et d’une réalisation intéressante, on ne peut que se prendre à l’histoire et être perturbé par ces faits troublants. GORDON-LEVITT interprète à nouveau très justement le personnage éponyme. Sceptique ou non sur ce genre de sujet, vous ressortirez inévitablement changé de la séance. Le digital étant le présent et surtout l’avenir de notre société, vous ne regarderez plus jamais vos webcams de la même manière…

MA NOTE : 7,5/10

Clique ici pour voir le trailer !

(Pour rappel, mon avitique est totalement subjectif ! C’est pour cela que je vous invite vivement à me donner le vôtre en commentaire… Ou tout simplement discuter du film, voire me montrer que j’ai tort !)